NAVETTE CHALLENGER (EXPLOSION DE LA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 28 janvier 1986, 73 secondes après avoir décollé de l'aire de lancement 39 B de Cape Canaveral, la navette spatiale américaine Challenger explose à l'altitude de 14 kilomètres, tuant les sept membres de l'équipage : Francis R. Scobee (commandant), Michael J. Smith (pilote), Judith A. Resnik, Ellison S. Onizuka, Ronald E. McNair (spécialistes de mission), Gregory B. Jarvis et Sharon Christa McAuliffe (spécialistes de charge utile).

Explosion de la navette spatiale Challenger

Explosion de la navette spatiale Challenger

photographie

Le 28 janvier 1986, la navette spatiale américaine Challenger explose 73 secondes après le décollage. Ses sept astronautes trouvent la mort. Les vols de navette seront interrompus durant vingt mois. 

Crédits : NASA

Afficher

Cette mission de la navette, dénommée STS-51-L, avait pour but de déployer sur orbite terrestre basse le satellite relais de communications Tracking and Data Relay Satellite-2 (T.D.R.S.-2), plusieurs instruments scientifiques d'observation astronomique – notamment deux spectromètres et deux caméras d'observation du noyau et de la queue de la comète de Halley – ainsi que d'autres appareils utiles à des expériences scientifiques à effectuer sur orbite.

Ce vol retenait par ailleurs toute l'attention des médias puisque, pour la première fois, la N.A.S.A., afin de populariser les vols spatiaux, avait inclus dans l'équipage une astronaute non professionnelle, l'enseignante Sharon Christa McAuliffe. C'est pourquoi cette catastrophe prendra une dimension supplémentaire au sein de la nation américaine. Par ailleurs, elle introduira un doute sérieux sur la sûreté de la navette en dépit de 24 vols sans échec en cinq ans de vie opérationnelle. Les vols de navette ne reprendront que vingt mois plus tard, avec le lancement de Discovery (STS-26), le 29 septembre 1988.

L'enquête établira que l'un des joints assurant l'étanchéité entre deux segments du propulseur à propergol solide de droite de Challenger avait été défaillant, laissant passer les gaz à très haute température issus de la combustion. Ceux-ci avaient alors percé le réservoir central contenant plus de 700 tonnes d'hydrogène et d'oxygène liquides, ce qui avait conduit à l'explosion.

La seconde tragédie dans l'histoire de la navette américaine interviendra le 1er février 2003, avec la désintégration de la navette Columbia lors de la phase de rentrée dans l'atmosphère, après une mission de deux semaines.

—  Jacques VILLAIN

Écrit par :

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification

Pour citer l’article

Jacques VILLAIN, « NAVETTE CHALLENGER (EXPLOSION DE LA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/navette-challenger-explosion-de-la/