MANFALŪṬĪ MUṢṬAFĀ LUṬFĪ AL- (1876-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des études classiques à Al-Azhar, où il fut le disciple du cheikh Muḥammad ‘Abduh, placèrent très tôt Manfalūṭī au centre des tensions entre modernisme et fidélité que développaient le nationalisme et le panarabisme face à l'irruption en Égypte de la technique et de la pensée occidentales. Dans le climat d'effervescence de la Naḥda (la Renaissance), période de pleine expansion de la presse arabe, il collabora à partir de 1908 au Mu'ayyad, hebdomadaire fondé au Caire en 1889 ; ces articles, réunis en volumes, forment la majeure partie des Mukhtarāt, 1912 (Morceaux choisis), pièces de vers et pages de critique littéraire, et des Naẓarāt (Regards), recueil d'essais (3 vol., 1910, 1912 et 1921) qui connut un large succès, non seulement par ses prises de position dans les controverses qui agitaient les milieux intellectuels, mais aussi en atteignant des couches de lecteurs plus populaires. Sa critique sociale, réformiste, s'attache tout particulièrement à dénoncer l'injustice faite aux pauvres et à rappeler le devoir de charité (iḥsān) islamique ; au nombre des victimes et des faibles, la femme, pour qui il réclame la reconnaissance de droits plus grands. L'influence y est sensible des théories de Rousseau, connues à travers les ouvrages de Faraḥ Anṭūn.

La vocation dénonciatrice et réformatrice de l'essayiste passe intacte chez le nouvelliste. Comme ses essais, ses nouvelles revêtent une intention didactique explicite, marquée souvent par une conclusion en forme de morale ou de commentaire édifiant. Si l'on en trouve déjà dans an-Naẓarāt, elles sont surtout rassemblées dans al-‘Arabāt, 1915 (Les Larmes), nouvelles de mœurs décrivant la vie populaire par le truchement de personnages à la psychologie peu fouillée, dans un contexte de sentimentalité romantique où point l'humour égyptien, discret et désabusé.

Mais l'œuvre de Manfalūṭī vaut par son style, qui instaure sans rupture une prose narrative moderne soutenue et originale. Le premier, il réalise un compromis entre élaboration artistique et simplicité, entre la tradition dérivée des maqāmāt et la modernité issue des journaux. Se démarquant de la rhétorique ancienne définitivement jugée inapte à rendre compte des idées nouvelles, son écriture se veut aisée et naturelle dans sa syntaxe, novatrice dans le choix des métaphores. Riche d'assonances, alourdie de synonymes redondants, elle conserve cependant un aspect ornementé et ne renonce pas tout à fait aux prestiges de la prose rimée.

C'est dans cette langue particulière que Manfalūṭī entreprit de traduire, ou plutôt de transposer sous forme de romans, Sous les tilleuls d'Alphonse Karr, Pour la couronne de François Coppée, le Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre. Déjà les ‘Abarāt contenaient des adaptations de La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils et, de Chateaubriand, Atala et Le Dernier Abencérage. Non exemptes de contresens, de pages ou de chapitres éludés, ces traductions ont beaucoup contribué à faire passer en Égypte les idées et le goût de la littérature romantique française. Si l'original compromis stylistique mis au point par Manfalūṭī semble aujourd'hui dépassé, il n'en demeure pas moins qu'il a permis l'introduction dans la littérature arabe de genres jusque-là étrangers, la nouvelle et le roman.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANFALUTI MUSTAFA LUTFI AL- (1876-1924)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La recherche d'une adéquation »  : […] La littérature arabe moderne naît au xix e siècle, période où se manifeste le renouveau de la pensée arabe, dans une confrontation avec l'Occident que les écrivains évoqueront à maintes reprises. On a coutume de faire remonter cette rencontre à 1798, lors de l'expédition égyptienne de Bonaparte qui marque la fin d'une ère dominée par la puissance ottomane et introduit la nécessité de s'adapter à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrice DUBOC, « MANFALŪṬĪ MUṢṬAFĀ LUṬFĪ AL- - (1876-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mustafa-lutfi-al-manfaluti/