MUDROOROO COLIN JOHNSON dit (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier et poète australien. Né en 1938 à Beverley, en Australie-Occidentale, Colin Johnson, qui se dit d'origine en partie aborigène, est élevé dans un orphelinat catholique. Grand voyageur, il demeure six ans en Inde, où il conduira quelque temps la vie d'un moine bouddhiste. À partir de 1982, l'université Murdoch à Perth, en Australie-Occidentale, l'accueille en résidence d'auteur.

L'œuvre de Colin Johnson évoque les difficultés que connaissent les Aborigènes dans une société dominée par les Blancs. Son premier roman, Wild Cat Falling (1965, Chat sauvage en chute libre), relate la quête identitaire d'un paria de souche à moitié aborigène. Long Live Sandawara (1979, « Vive Sandawara ») décrit les tentatives du personnage principal pour organiser son propre mouvement de résistance dans les quartiers pauvres de Perth. Doctor Wooreddy's Prescription for Enduring the Ending of the World (1983, « Prescription du Docteur Wooreddy pour supporter la fin du monde ») prend pour thème l'anéantissement des Aborigènes de Tasmanie au xixe siècle. Colin Johnson est également l'auteur des romans Doin' Wildcat (1988, « Le Tournage du Chat sauvage »), Wildcat Screaming (1922, « Les Hurlements du Chat sauvage »), The Kwinkan (1994), ainsi que d'une trilogie composée de Master of the Ghost Dreaming (1988, Le Maître du rêve-fantôme), d'Undying (1998, « Immortel ») et d'Underground (1999, « Dans l'obscurité »), ainsi que Promised Land (2000). Colin Johnson est également l'auteur de recueils de poèmes, parmi lesquels, The Song Circle of Jacky and selected Poems (1986), Dalwurra, the Black Bittern (1988), Collected Poems (1991), et Pacific Highway Boo-blooz : Country Poems (1996). On lui doit par ailleurs des pièces de théâtre comme Big Sunday (1987) et Mutjinggaba : The Place of the Old Woman (1989). Cette dernière œuvre est parue sous le nom de Mudrooroo, patronyme aborigène adopté par l'écrivain en 1988, parfois accompagné de Narrogin et par la suite de Nyoongah. Signalons parmi ses ouvrages généraux et à caractère documentaire Before the Invasion : Aboriginal Life to 1788 (1980, « Avant l'invasion : la vie des Aborigènes jusqu'en 1788 »), Writing from the Fringe : A Study of Modern Aboriginal Literature (1990, « Écrire en marge : essai sur la littérature aborigène contemporaine »), Us Mob : History, Culture, Struggle (1995, « Nous autres : Histoire, culture, lutte ») et Indigenous Literature of Australia : Milli Milli Wangka (1997, « La Littérature indigène australienne : Milli Milli Wangka »).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MUDROOROO COLIN JOHNSON dit (1938- )  » est également traité dans :

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Du réalisme à l'invention littéraire »  : […] L'après-guerre vit se concrétiser les promesses dont la littérature australienne semblait porteuse, même s'il fallut attendre les années 1970 pour que les activités culturelles jouent un rôle plus large au sein de la communauté. Des poètes de talent, tels que Kenneth Slessor (1901-1971), James McAuley (1917-1976) ou A. D.  Hope (1907-2000), donnèrent alors toute leur mesure. Le dernier cité en par […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MUDROOROO COLIN JOHNSON dit (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mudrooroo/