MICROCOSMES (C. Magris)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans certaines œuvres littéraires, l'évocation des lieux, aussi bien que le souci de cerner au plus près leur apparence sensible, travaille en profondeur la forme du texte, jusqu'à lui donner une épaisseur cartographique. C'est le cas des vastes paysages que, dans ses hymnes, Hölderlin semble survoler d'un coup d'aile, ou des fragments d'univers que constituent certains des récits de Julien Gracq, comme La Presqu'île ou Les Eaux étroites.

À leur manière, certains livres de Claudio Magris participent de cette « géo-poétique ». Dans Danube (1986) l'auteur, en suivant le fleuve de la Forêt-Noire jusqu'à la mer Noire et en sillonnant un territoire qui recoupait largement celui de la Mitteleuropa, parvenait à conjoindre la réalité physique des lieux et les strates de mémoire qui les composent. Alors que le monde communiste entrait dans son crépuscule, il se délivrait d'un certain volontarisme de l'Histoire pour mettre en évidence la pluralité des durées et des récits qui composent notre passé. Tour à tour le narrateur de Danube se faisait chroniqueur, généalogiste, archiviste, inventant ainsi un art de la digression et croisant, au cours de son périple, les ombres de Hölderlin, Heidegger, Stifter, Lukács, Atila Jószef ou Endre Ady.

Claudio Magris

Claudio Magris

Photographie

À travers quelques grands livres, dont Danube et Microcosmes, Claudio Magris nous fait redécouvrir un territoire longtemps oublié : l'ancienne Europe centrale. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Microcosmes (traduction de Jean et Marie-Noëlle Pastureau, L'Arpenteur, Paris, 1998) reprend en partie ce projet d'écriture. Seulement, il ne se place plus aussi nettement en regard d'une réalité historique – l'Empire austro-hongrois – dont l'existence et l'effondrement ont marqué l'histoire de l'Europe. Comme son titre l'indique, il semble plutôt accompagner les travaux d'une micro-histoire qui, à travers les essais de Carlo Ginzburg notamment, a toujours préféré, à la violence du discours d'État et de la culture dominante, l'étude des marges et des savoirs clandestins.

Ces marges, elles sont ici d'abord géographiques. C'est ainsi que les différents chapitres de Microcosmes nous font passer de l'Adriatique (Trieste, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gilles QUINSAT, « MICROCOSMES (C. Magris) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosmes/