RODOREDA I GURGUI MERCÈ (1909-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de la romancière catalane Mercè Rodoreda, née à Barcelone, est très représentative du renouveau romanesque catalan qui a marqué les années 1960.

Mercè Rodoreda appartient à la génération tronquée par la guerre civile. Au moment où éclate le conflit de 1936, elle est déjà connue dans le monde des lettres : sa collaboration précoce à de nombreux journaux lui a permis d'affirmer la vivacité d'un style que l'on retrouvera dans les premières œuvres romanesques. Le premier ouvrage remarqué par la critique, Aloma (1937), reçoit le prix Creixells (il connaîtra une seconde version en 1969). L'œuvre de Mercè Rodoreda est surtout composée de récits centrés sur un personnage féminin ; la seule exception est Jardí vora el mar (1967), dont le personnage principal est un jardinier. C'est donc à travers le regard de ses protagonistes, le plus souvent femmes issues de milieux modestes et en quête de leur identité, que la romancière nous transmet sa vision du monde.

Pendant la guerre civile, elle doit s'exiler. Elle vit d'abord à Paris, puis à Bordeaux, et enfin arrive à Genève où elle s'installe. C'est une période de mise entre parenthèses : il s'agit d'abord de survivre. Elle ne cesse pas pour autant d'écrire mais s'essaie à d'autres genres. Elle contribue au maintien des lettres catalanes, comme en témoigne sa participation aux Jeux floraux de l'exil, notamment en 1949 où elle est proclamée « Mestre en Gai Saber », distinction qui couronne son œuvre poétique. En cette période de rupture, sa phrase se fait plus courte et son discours plus elliptique, ce qui lui permet d'affiner et d'affirmer encore son sens du récit. Vint i dos Contes, où se manifeste son art du raccourci, reçoivent le prix Victor Català en 1958. Ces années d'épreuves et la contention dont elle a fait sa norme lui confèrent une parfaite maîtrise de la langue.

Ces années furent des années de rupture mais aussi de maturation. La guerre, la diaspora, le silence imposé à l'intérieur de la Catalogne furent autant d'interdits qui pesèrent sur la création. À cette époque, l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : assistante agrégée de l'université de Paris-Sorbonne, secrétaire générale du Centre d'études catalanes

Classification


Autres références

«  RODOREDA I GURGUI MERCÈ (1909-1983)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les années 1950 et 1960 : montée de sève »  : […] En 1951, le prix Martorell couronne El Carrer estret , roman de Josep Pla (1897-1981). Journaliste et chroniqueur prolifique – ses œuvres complètes publiées entre 1966 et 1980 comprennent trente-sept volumes –, bien que l'un des plus lus parmi les Catalans et assurément l'un des meilleurs prosateurs, par son scepticisme voltairien et son humour sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalogne/#i_80756

Pour citer l’article

Montserrat PRUDON, « RODOREDA I GURGUI MERCÈ - (1909-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/merce-rodoreda-i-gurgui/