GARREL MAURICE (1923-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur français. Né à Saint-Gervais (Isère) en 1923, Maurice Garrel passe son enfance au Maroc, avec sa mère institutrice. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé et participe activement à la campagne d'Italie puis aux combats qui se livrent à l'est de la France. Après la Libération, il se tourne vers le théâtre et suit les cours de Charles Dullin. Durant les années 1950, il travaille notamment sous la direction de Jean-Marie Serreau (Nucléa, d'Henri Pichette, 1952), Tania Balachova (La Matinée d'un homme de lettres, d'après Tchekhov, 1954), Georges Vitaly (Un cas intéressant, de Dino Buzzati, 1955). Jusqu'à la fin de sa vie, il imposera sa présence discrète mais intense, travaillant avec les metteurs en scène Jacques Lassalle (À la renverse, de Michel Vinaver, 1980 ; Emilia Galotti, de G. E. Lessing, 1985) et Klaus Michaël Grüber (La Mort de Danton, de Büchner, 1989). Sous la direction de Dominique Féret, il campe un remarquable De Gaulle (1987). À partir de 1957, Maurice Garrel participe également à l'âge d'or de la télévision, à travers des dramatiques à caractère historique comme « La caméra explore le temps », réalisées par Stellio Lorenzi, des adaptations d'œuvres romanesques ou théâtrales (Bajazet, mise en scène de Michel Mitrani, 1967 ; Les Frères Karamazov, mise en scène de Marcel Bluwal, 1969). Il joue également dans des séries telles que « Les Cinq Dernières Minutes » ou « Madame le juge ». Au cinéma, enfin, s'il se produit dans des films à caractère alimentaire mais aussi dans nombre d'œuvres qui signent leur époque : Adieu Philippines, de Jacques Rozier (1960), Le Combat dans l'île, d'Alain Cavalier (1961), Nada, de Claude Chabrol (1973), La Discrète, de Christian Vincent (1990), Rois et reine, d'Arnaud Desplechin (2004). Surtout, il accompagne fidèlement la carrière de son fils, le cinéaste Philippe Garrel, de Marie pour mémoire (1967) à Un été brûlant (2011), en passant par Liberté la nuit (1983) ou Les Amants réguliers (2005).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« GARREL MAURICE - (1923-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-garrel/