GUIMARD MARIE-MADELEINE (1743-1816)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danseuse française, née et morte à Paris. Appartenant au corps de ballet de la Comédie-Française, Marie-Madeleine Guimard fait une carrière complète à l'Académie royale de musique (1761-1789). Sa maigreur, qui paraît moins souhaitable à son époque qu'à la nôtre, la fait surnommer « le squelette des Grâces ». Danseuse expressive, délicate et harmonieuse, elle excelle dans le ballet anacréontique et triomphe dans les ballets de Jean-Georges Noverre (Jason et Médée, 1770 ; Les Caprices de Galatée, 1776) et de Maximilien Gardel (La Chercheuse d'esprit, 1778 ; Mirza et Lindor, 1779), avec pour partenaires Gaétan et Auguste Vestris, Laval, Gardel et Dauberval. Elle crée de nombreux « rôles dansants » dans ses deux théâtres personnels de Pantin et de la rue de la Chaussée-d'Antin, qu'elle devait à la générosité de ses admirateurs célèbres. En 1789, elle épouse l'ancien danseur et chansonnier Jean-Étienne Despréaux.

—  Jane PATRIE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « GUIMARD MARIE-MADELEINE - (1743-1816) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-madeleine-guimard/