CAMARGO MARIE-ANNE DE (1710-1770)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Bruxelles d'une famille pauvre de musiciens, élève de Mlle Prévost, Marie-Anne de Camargo débute sa carrière à Bruxelles puis à Rouen, avant de danser à l'Académie royale de musique (mai 1726-mars 1751), où elle est la rivale de Mlle Sallé. À l'inverse de Sallé, Camargo était une danseuse d'élévation ; elle est la première à « battre l'entrechat six ». Voltaire dira d'elle : « La première qui dansât comme un homme. » Noverre précisera : « La Nature lui avait refusé tout ce qu'il faut pour avoir des grâces ; elle n'était ni jolie, ni grande, ni bien faite ; mais sa danse était vive, légère et pleine de gaieté et de brillant, elle ne dansait que des airs vifs et ce n'est pas sur ces mouvements rapides que l'on peut déployer de la grâce ; mais l'aisance, la prestance et la gaieté la remplaçaient. »

Afin de laisser voir ses pieds si agiles, elle raccourcit ses robes jusqu'au mollet et invente le caleçon de précaution. Chaussée de chaussures à hauts talons, elle lance la mode des chaussures « à la Camargo ».

Les meilleurs de ses nombreux portraits sont ceux de Lancret et surtout de Maurice Quentin de La Tour.

—  Jane PATRIE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « CAMARGO MARIE-ANNE DE - (1710-1770) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-anne-de-camargo/