MARIBOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située dans le nord-est de la Slovénie, sur la Drave, à proximité de la frontière autrichienne, Maribor (en allemand Marburg) est nichée entre le massif de Pohorje et les collines des Slovenske Gorice. Deuxième ville du pays, elle comptait 93 847 habitants en 2002.

Si l'on trouve trace d'un foyer de peuplement à l'époque romaine, c'est avec l'édification du château de Marburg sur la colline de Piramida que la cité prit son essor à partir du milieu du xiie siècle. Constituée en bourg marchand, en 1209, sous la souveraineté des Habsbourg, elle se vit conférer le statut de ville au xiiie siècle et devint un important centre commercial. La cité abrita une communauté juive prospère jusque vers la fin du xve siècle, date à laquelle ses membres en furent chassés. Par la suite, Marburg fut la cible des envahisseurs ottomans. La construction, au xviiie siècle, de l'axe routier Vienne-Trieste, puis, dans les années 1840, d'une voie ferrée reliant les deux villes donnèrent à Marburg un nouvel élan. En 1859, Mgr Anton Martin Slomšek obtint, à force de détermination, le transfert de l'évêché de Lavant à Marburg.

À l'aube de la Première Guerre mondiale, la population de Marburg était majoritairement composée d'Allemands. En 1919, les troupes slovènes et yougoslaves dirigées par le général Rudolf Maister se rendirent maîtresses de la ville. Son nom allemand fut abandonné au profit du nom slovène Maribor, dont l'usage avait commencé au xixe siècle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Maribor fit l'objet d'un vaste programme de germanisation et subit quelque cinquante bombardements de l'aviation alliée, qui eurent pour résultat la destruction de son infrastructure et de ses industries.

Reconstruite après le conflit, Maribor se dota de nouveaux ouvrages – artères routières et ponts enjambant la Drave. Le quartier portuaire de Lent devint un domaine d'activités de loisirs. Tout en étant le cœur d'une région fertile spécialisée dans la viticulture et la pomiculture, Maribor constitue l'une des principales villes industrielles de Slovénie. Son économie a d'abord été dominée par les industries lourdes à partir du xixe siècle : chimie, construction mécanique, industrie électrique, aluminerie, automobile (camions, autobus), équipements ferroviaires, agroalimentaire, textile. À la fin du xxe siècle, lors de la transition de la Slovénie vers une économie de marché, Maribor assista à la fermeture de nombreuses entreprises. Le tourisme contribue aujourd'hui à l'économie locale, notamment grâce à l'attrait suscité par les stations de sports d'hiver implantées en lisière de la ville, au pied du Pohorje.

Le quartier historique de Maribor recèle plusieurs fleurons comme la cathédrale Saint-Jean Baptiste (xiie siècle), le château de Maribor (xve siècle) réputé pour ses sculptures et ses fresques qui abrite aujourd'hui le musée régional, l'église Sainte-Madeleine (édifiée en 1288, reconstruite en 1788), l'hôtel de ville (xvie siècle), et le mémorial dédié aux victimes de la grande peste de 1680. La ville offre une autre curiosité : une vigne vieille de quelque quatre cents ans (dite, localement, la plus ancienne du monde) qui donne lieu à des vendanges annuelles. Maribor possède par ailleurs une université, fondée en 1975.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Les derniers événements

6-30 juin 1991 Yougoslavie. Sécession de la Slovénie et de la Croatie

Les aéroports de Ljubljana et de Maribor sont bombardés. La milice slovène réussit à renforcer ses positions en prenant aux forces de Belgrade des armes et des chars d'assaut. Le Premier ministre lance vainement, de Belgrade, un appel au cessez-le-feu. Cependant, la C.E.E. intervient avec une rapidité inhabituelle : le Conseil européen, réuni les 28 et 29 à Luxembourg, est principalement consacré à la Yougoslavie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MARIBOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maribor/