VIEIRA DA SILVA MARIA ELENA (1908-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a souvent souligné que les étagements et les imbrications des maisons de Lisbonne (où elle est née) déterminent toute l'œuvre de Maria Elena Vieira da Silva. C'est insister à juste titre sur l'importance de son enfance dans une famille qui la destine par avance à une carrière artistique ; carrière qui sera marquée de façon déterminante par l'exemple de Bissière, qu'elle rencontre à Paris en 1932, après des essais de sculpture chez Bourdelle et chez Despiau. C'est surtout après 1945, dans le foisonnement du mouvement de l'abstraction lyrique, que Vieira da Silva trouvera le « style » dont elle ne se départira pas, hors du souci de l'évolution du langage, hors des modes aussi. Encore teintée de surréalisme, sa thématique se dégage déjà de L'Atelier (1940, coll. privée, New York) et de La Partie d'échecs (1943, Musée national d'art moderne, Paris) : l'espace clos et perspectif d'une chambre est accentué par un fourmillement de petits carrés qui s'emparent des éléments (meubles, murs, personnages). Indifféremment treillis, étagères, livres, pylônes, herbes, fenêtres, ces cellules proliférantes, agglutinées, forment pour chaque toile un nouveau « paysagisme abstrait » dont la poésie naît de l'ambiguïté même de l'identification : La Gare Saint-Lazare (1949, coll. Jean-François Jaeger, Paris), La Bibliothèque (1966, Musée national d'art moderne, Paris), Les Indes noires (1974, coll. part. suisse). Une vision unifiée de la disparité de la nature tire toutes ses ressources expressives de l'exploitation des obliques, des horizontales, des verticales, seules ou en faisceaux serrés. Les tonalités dominantes, brun-rouge, bleu foncé, parfois blanc (Hommage à Saenredam, 1968), accentuent le caractère sensible de cette peinture qui, à l'opposé de l'art gestuel, est la lente genèse d'une nature éclatée en multiples facettes. On retrouve la poésie du monde de Vieira da Silva dans ses tapisseries, dans ses vitraux (1968, Saint-Jacques de Reims) et dans les compositions sur papier où, surtout depuis le début des années 1970, elle se plaît à exploiter les subtilités de l'encre de C [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  VIEIRA DA SILVA MARIA ELENA (1908-1992)  » est également traité dans :

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un éclairage pictural »  : […] Suivant un ordre chronologique, Sarah Barbedette, commissaire de l’exposition, a notamment porté son attention sur les quelque quinze premières années parisiennes du compositeur – celles qui précédèrent son « exil » à Baden-Baden en 1959. Une période d’« artisanat furieux » (René Char) qui permit à Boulez de se forger à la fois une culture, une pen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez-exposition/#i_35134

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 924 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les XIXe et XXe siècles »  : […] Vers le milieu du xviii e  siècle apparaissent les premiers collectionneurs de vitraux anciens, en Angleterre tout d'abord (Horace Walpole). L'intérêt pour cet art se réveille, comme en témoigne le livre de Pierre Le Vieil (1774). Après la Révolution et les guerres qui ont provoqué de très nombreuses destructions, des tentatives sont faites en Fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_35134

Pour citer l’article

Michel FRIZOT, « VIEIRA DA SILVA MARIA ELENA - (1908-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-elena-vieira-da-silva/