MAL DES TRANSPORTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cette maladie, qu'induit le déplacement subi par un voyageur, se caractérise par des nausées. L'expression « mal des transports », qui apparaît à la fin du xixe siècle, englobe des syndromes tels que mal de mer, mal ferroviaire, mal en automobile ou en avion. Malgré leur imprécision pour un usage scientifique, il existe un usage consensuel de ces termes.

Le mal des transports rassemble l'éventail des symptômes qui succèdent à l'exposition de certains individus à des accélérations artificielles et périodiques. Il s'agit de pâleur, sueur froide, salivation, et (ce qui est très fâcheux sur le plan pratique) nausées et vomissements.

Le mal des transports peut résulter de l'exposition d'une personne au balancement, à la rotation, aux secousses et mouvements de bas en haut ou en sens inverse. Les malaises semblent naître de l'arrivée au cerveau de données rendues inconstantes par les mouvements subis par le patient, lesquelles sont recueillies à partir de l'œil, ou de l'oreille interne, organes dont le fonctionnement est nécessaire à l'apparition des symptômes pathologiques.

Dans chaque oreille, les trois canaux semi-circulaires et les organes otolithiques participent au maintien du corps en équilibre et à la coordination des mouvements impliquant les yeux, la tête et le corps. Ces organes sont stimulés continuellement par la pesanteur et, au cours d'accélérations linéaires brusques, ils enregistrent la variation qui leur est imposée. Quant aux yeux, ils adressent au cerveau toute information concernant la position du corps et le mouvement relatif qu'il présente vis-à-vis de l'environnement.

Le mal des transports intervient quand le système vestibulaire de l'oreille interne envoie des messages, concernant la position du corps ou son mouvement, qui ne concordent pas avec ceux qui proviennent des yeux. Un exemple d'une telle contradiction est donné par le mal de mer, dans lequel l'oreille interne réagit à l'accélération linéaire ou angulaire que lui impriment les mouvements du navire. Elle les accompagne donc, alors que les yeux n'enregistrent qu'une scène relativement stable [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification

Pour citer l’article

« MAL DES TRANSPORTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal-des-transports/