LES COMPOSITRICES EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE (F. Launay)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les compositeurs oubliés dont la valeur ainsi que l'ampleur de la renommée semblaient, à leur époque, devoir défier les années se comptent par centaines. À valeur égale, les compositrices sont-elles beaucoup moins reconnues par la postérité ? Oui, jusqu'à une période récente, quand, célèbres de leur vivant, elles disparaissaient de la mémoire collective après leur mort. Les choses changent grâce à un travail de recherche considérable, mais ce n'est pas être de parti pris que de constater qu'aucune d'entre elles, notamment en France, où elles furent particulièrement nombreuses au xixe siècle, n'a atteint le prestige international de Berlioz, Bizet, Gounod, Saint-Saëns ou Massenet, eux-mêmes pourtant tenus par bien des mélomanes pour quantité négligeable face à Beethoven, Wagner ou Verdi. Alors, faut-il réhabiliter La Montagne noire, l'opéra d'Augusta Holmès, quand on se moque du Sigurd d'Ernest Reyer, les symphonies de Louise Farrenc quand on ignore celles de Georges Onslow, La Esmeralda de Louise Bertin quand on a relégué La Reine de Chypre de Fromental Halévy dans les greniers de l'histoire ?

Sans doute, car on doit au moins juger sur pièces, se demander pour quelles raisons culturelles ou sociales ces compositrices sont restées relativement discrètes sur la scène musicale, tout en y étant plus présentes qu'on ne pourrait croire, quels obstacles spécifiques elles durent surmonter et quel fut leur statut. Florence Launay, qui a consacré une thèse de doctorat à ce sujet (Les Compositrices françaises de 1789 à 1914, université de Rennes-II, 2004), a livré l'ouvrage qu'on attendait, Les Compositrices en France au XIXe siècle (Fayard, Paris, 2006), sur un sujet qui a parfois donné lieu à des simplifications polémiques.

La première partie est consacrée à des approches biographiques : comment devient-on compositrice en France au xixe siècle ? Pour les filles de musiciens ou d'artistes, la chose est relativement naturelle ; pour les femmes issues de l'aristocratie, le statut de l'Ancien Régime, plus favorable à l'égalité des sexes, joue en faveur de l'épanouissement de leu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gérard CONDÉ, « LES COMPOSITRICES EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE (F. Launay) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-compositrices-en-france-au-xixe-siecle/