LÊ PHO (1907-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 2 août 1907 à Ha-dong près de Hanoï alors capitale de l'Union indochinoise, le peintre Lê Pho a vécu une révolution artistique majeure : il appartient en effet à la génération d'artistes asiatiques qui, entre 1910 et 1930, ont été acteurs de la rencontre entre les modes de représentation extrême-orientaux classiques et la modernité occidentale. Fils du tông-dôc (gouverneur de province) de Hai-duong, il bénéficie de la culture mandarinale, s'initie à la calligraphie et à la peinture de lettrés. À seize ans, il entre à l'„école professionnelle“ créée à Hanoï pour former les Vietnamiens aux métiers d'art. En 1925, l'ouverture de l'école des Beaux-Arts de l'Indochine représente pour Lê Pho – et pour la première promotion qui en sort cinq ans plus tard – bien davantage qu'une formation technique et intellectuelle : dans le contexte asiatique et colonial, le statut d'„artistes“ ainsi reconnu aux jeunes Vietnamiens signifie la possibilité d'une expression individuelle assortie d'une émancipation sociale. L'école, véritable laboratoire de mixité culturelle, enseigne les techniques européennes mais dispense également des cours de peinture sur soie et l'art du laque.

Soucieux du devenir de ses étudiants, le premier directeur de l'école, Victor Tardieu (1870-1937), assure leur promotion : Lê Pho participe à Paris à l'Exposition coloniale de 1931, suit des cours à l'école des Beaux-Arts en 1932 et voyage en Belgique, aux Pays-Bas et en Italie où il approfondit sa connaissance des peintres primitifs, puis de retour dans son pays, en 1933, il enseigne à l'école des Beaux-Arts de Hanoï et voyage en Chine. Durant les années 1930, Lê Pho – qui renonce à pratiquer le laque à cause d'une allergie – alterne la peinture à l'huile sur toile ou la gouache et encre sur soie. Ses figures de femmes ou d'enfants, ses natures mortes sont travaillées en aplats ou avec un faible modelé, son dessin est souvent linéaire, les couleurs rompues cherchant à lier les figures à leur environnement. Ces scènes irréelles suggèrent une harmonie nostalgique, comme si la modernité artistique acquise pe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Arnauld LE BRUSQ, « LÊ PHO (1907-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pho/