LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE)La langue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands moments de l'histoire du latin

L'histoire du latin est celle de créations volontaires. Les peuples de l'Antiquité renonçaient volontiers à l'usage de leur langue lorsqu'ils entraient en contact avec des civilisations plus prestigieuses ; que reste-t-il du gaulois, de l'étrusque, des langues indigènes de l'Espagne ou de l'Italie ? Depuis le viiie siècle, le grec était en passe de devenir la langue commune du bassin méditerranéen ; toutes les grandes villes, les franges côtières étaient bilingues – Rome, le Latium tout aussi bien ; au ive siècle, Héraclide du Pont désigne Rome comme une ville grecque ; la pente naturelle de l'histoire eût été que les Romains abandonnassent le latin. On voit au contraire à travers les documents épigraphiques qu'au moment même où la tentation dut se faire la plus forte ils travaillaient à stabiliser, à fixer la prononciation de leur langue, allant jusqu'à restituer en fin de mot des syllabes ou des consonnes que l'usure phonétique, une élocution négligente, tendaient à faire disparaître. À toutes les époques, ils ont veillé sur la correction de leur langue avec un soin diligent.

Dès le moment où ils se mettent à écrire, les Romains, qui ne possédaient qu'un unique latin, le parler de leur ville, ont voulu, à l'image des Grecs, riches de tous leurs dialectes, se donner une langue poétique, distincte de celle dont ils continueraient à user pour leur prose. Le plus étonnant est qu'ils y sont parvenus (on se rappellera, en comparaison, l'échec de la Pléiade), que des chefs-d'œuvre ont été écrits dans cette langue, qu'elle a eu dans le monde romain une suffisante diffusion pour que ses procédés, ses créations, pénètrent un jour la prose même et aient souvent passé dans les langues romanes. Une syntaxe nominale qui porte à l'extrême l'indécision des valeurs casuelles, un refus presque systématique de l'emploi des prépositions, un vocabulaire que l'emprunt grec rehausse de traits d'exotisme, qui sait recueillir les vieux mots ou en composer d'absolument inédits : avec la génération de Virgile, c'est la recherche d'effets d'harmonie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne

Classification


Autres références

«  LATINES LANGUE ET LITTÉRATURE  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

On comprend en général sous l'expression « littérature latine » les textes latins littéraires composés entre le iiie siècle avant J.-C. et le ive siècle de notre ère. C'est la littérature de Rome : de la République conquérante, puis de celle de l'Empire, aux meilleurs temps. Elle a suivi une évolution don […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Jacques LACARRIÈRE
  •  • 1 869 mots

Le théâtre latin présente un certain nombre de caractères propres qui le différencient notablement du théâtre grec : prééminence des éléments spectaculaires sur le texte, non-périodicité des jeux théâtraux, tendance à un réalisme excessif, autonomie des techniques et du sujet, souvent inspiré des œuvres grecques. Ces caractères, joints au fait que la genèse, le développement et l'extinction du thé […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

La littérature latine chrétienne a commencé à se développer à la fin du iie siècle et n'a pris son véritable essor qu'au début du iiie siècle. On convient généralement de placer sa fin au viiie siècle, en même temps que celle du monde antique. Mais il ne faut […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques PERRET, « LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La langue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-langue/