HEARN LAFCADIO (1850-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain, traducteur et professeur, Lafcadio Hearn, qui se fit aussi appeler Koizumi Yakumo à partir de 1895, fut l'un des grands introducteurs en Europe de la culture et de la littérature japonaises.

Né le 27 juin 1850 à Levkas, dans les îles Ioniennes, il grandit à Dublin. Après une éducation quelque peu chaotique en Angleterre et en France, il émigra aux États-Unis à dix-neuf ans. Il s'installa à Cincinnati, dans l'Ohio, où il passa par plusieurs petits métiers avant de collaborer à Trade List, un hebdomadaire financier. Il finit par entrer comme reporter au Cincinnati Enquirer puis au Cincinnati Commercial, où il publia des poèmes en prose et des études documentées sur des sujets inhabituels pour l'époque, comme la vie des Noirs en milieu urbain. Pendant son séjour à Cincinnati, il traduisit des nouvelles de Théophile Gautier sous le titre One of Cleopatra's Nights (1882) ainsi que La Tentation de saint Antoine de Flaubert (qui parut après sa mort). En 1877, pour écrire une série d'articles sur la vie politique en Louisiane à l'intention du Commercial, Hearn se rendit à La Nouvelle-Orléans, où il se fixa. Il entra à l'Item (qui devint par la suite le Times-Democrat), auquel il confia des traductions d'écrivains français, des nouvelles et des textes brefs de son cru, ainsi que des adaptations d'œuvres littéraires étrangères (Stray Leaves from Stange Literature, 1884 ; Some Chinese Ghosts, 1887). Ses domaines d'intérêt s'élargirent considérablement : il écrivit sur le bouddhisme et sur l'islam, sur la littérature française et sur la littérature russe. Ses éditoriaux portèrent aussi bien sur des questions scientifiques que sur l'antisémitisme en France et en Russie. Chita (1889), un roman d'aventures qui met en scène le seul survivant d'un raz-de-marée, date de cette époque.

De 1887 à 1889, Hearn fut le correspondant aux Caraïbes du Harper's Magazine, expérience dont il tira un livre de souvenirs, Two Years in the French West Indies (1890), et un roman très original, Youma (1890), sur une révolte d'esclaves.

En 1890, Hearn entreprit un voyage au Japon pour le compte du Harper's. Il ne tarda pas à démissionner du journal pour devenir professeur à Izumo, dans le nord du Japon. Il y rencontra Setsuko Koizumi, une Japonaise de haut rang qu'il épousa en 1891. Des articles de lui sur le Japon commencèrent bientôt à paraître dans The Atlantic Monthly et furent repris dans plusieurs autres périodiques américains associés. Ces essais et d'autres, où se reflète la fascination qui fut d'emblée la sienne pour le Japon, furent rassemblés par la suite en deux volumes sous le titre de Glimpses of Unfamiliar Japan (1894).

En 1891, Hearn obtint sa mutation pour l'université d'État de Kumamoto, où il resta trois ans. En 1895, il fut fait citoyen japonais sous le nom de Koizumi Yakumo, Koizumi étant le nom de famille de sa femme.

Il connut sa période la plus brillante et la plus prolifique de 1896 à 1903, comme professeur de littérature anglaise à l'université impériale de Tōkyō. Les quatre ouvrages qu'il écrivit alors – Exotics and Retrospective (1898), In Ghostly Japan (1899), Shadowings (1900) et A Japanese Miscellany (1901) – sont riches d'informations sur les coutumes, la religion et la littérature du Japon. Kwaidan (1904) regroupe des nouvelles fantastiques et des traductions de haïkus dont devait s'inspirer, sous le même titre, un remarquable film réalisé en 1965 par Masaki Kobayashi. Les conférences qu'il devait donner à Cornell University forment la matière de Japan, an Attempt at an Interpretation (1904). Il mourut le 26 septembre 1904 à Okubo, avant de pouvoir revenir aux États-Unis. Dans ce dernier ouvrage, le plus connu, il prend ses distances avec l'image idéalisée du Japon qui avait été initialement la sienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« HEARN LAFCADIO - (1850-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lafcadio-hearn/