LA TRILOGIE, Naghib MahfuzFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En recevant le prix Nobel de littérature, en 1988, le romancier égyptien Naguib Mahfouz (1911-2006) donnait aux lettres arabes une reconnaissance internationale. Trop tardive peut-être, cette distinction n'en honorait pas moins une œuvre de fiction exemplaire. On peut considérer ainsi que la publication de La Trilogie entre 1956 et 1957, mais dont la rédaction était achevée dès 1952, a marqué la fin d'un cycle ouvert un siècle plus tôt par La Jambe sur la jambe du Libanais Faris Chidyaq.

Naguib Mahfouz

Naguib Mahfouz

Photographie

Prix Nobel de littérature en 1988, Naguib Mahfouz, extraordinaire conteur, a joué un rôle capital dans l'affirmation du genre romanesque dans le monde arabe. 

Crédits : Jean Bernard Vernier/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Avec La Trilogie, le roman arabe se trouvait désormais en demeure de prouver non plus son existence mais son indépendance, notamment par rapport à ses modèles européens. Succédant aux premières œuvres influencées par le roman historique et précédant immédiatement la rédaction du Fils de la médina (1959) avec lequel Mahfouz donne une nouvelle inflexion à son écriture, à la fois plus moderne et peut-être plus inquiète, La Trilogie représente également le point culminant de la période dite réaliste, celle qui a permis à son auteur de s'imposer sur la scène littéraire et de rencontrer le plus vaste public.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Lyon-II-Lumière, chercheur associé au Gremmo-Maison de l'Orient

Classification


Autres références

«  LA TRILOGIE, Naghib Mahfuz  » est également traité dans :

MAHFOUZ ou MAHFŪZ NAGUIB (1911-2006)

  • Écrit par 
  • Luc-Willy DEHEUVELS
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le romancier du Caire »  : […] Né en 1911 au sein d'une famille de la petite bourgeoisie installée dans le quartier populaire de Gamaliyya, dans la vieille ville du Caire, Naguib Mahfouz, de quinze ans plus jeune que ses sept frères et sœurs, sort en 1934 de l'université avec une licence de philosophie, et un fort penchant pour la littérature, qu'il assouvira, en parallèle avec sa carrière de fonctionnaire. Il publie ses premiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahfouz-mahfuz/#i_25368

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GONZALEZ-QUIJANO, « LA TRILOGIE, Naghib Mahfuz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-trilogie/