L'ÉTÉ DE LA VIE (J. M. Coetzee)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Été de la vie (traduit de l'anglais par Catherine Lauga du Plessis, Seuil, 2010), troisième partie de la suite autobiographique de J. M. Coetzee, propose plusieurs éclairages obliques sur la vie d'un homme qui porte le nom de l'auteur sans toutefois s'identifier totalement à lui. Déjà dans Scènes de la vie d'un jeune garçon (1999) et Vers l'âge d'homme (2003), les deux premiers volets, le sujet s'exprimait à la troisième personne comme pour mieux affirmer la distance existant entre narrateur et auteur. Il est donc difficile de prendre pour parole d'Évangile L'Été de la vie, suite d'interviews fragmentaires réalisées par un prétendu biographe qui interroge cinq personnes qui ont côtoyé John. L'ensemble est enchâssé entre des fragments de journal intime suivis de notes en italique qui préludent à de possibles révisions ultérieures.

Les deux premiers volumes retracent d'une manière quasi linéaire l'enfance et l'adolescence de John, né dans une famille blanche sud-africaine dominée par une mère qui occupe tout l'espace et prône une éducation permissive qui contraste avec les valeurs autoritaires et brutales du puritanisme afrikaner ambiant. Désireux d'échapper à son univers qu'il juge provincial, John aspire à devenir écrivain dans la métropole de ses rêves. Arrivé à Londres dans les années 1960, il doit gagner sa vie comme programmateur chez I.B.M.

Rompant avec la chronologie, L'Été de la vie pousse la malice jusqu'à faire réaliser les interviews après la mort de l'auteur, ce qui souligne ironiquement la distance entre « réalité » et représentation autobiographique. Parmi les témoins consultés, Julia, la Sud-Africaine, et Sophie, la Française installée au Cap, ont eu une liaison avec John après son retour au pays dans les années 1970. Adriana, danseuse brésilienne, dit avoir subi les avances de John qu'elle soupçonnait de vouloir séduire sa fille adolescente. Margot, la cousine préférée retrouvée lors d'une réunion de famille dans la ferme ancestrale située dans le désert du Karoo, tempère les jugements portés sur ce John que certains soupçonnent d'homosexualité, tan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, « L'ÉTÉ DE LA VIE (J. M. Coetzee) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ete-de-la-vie-j-m-coetzee/