KRAUSE KARL CHRISTIAN FRIEDRICH (1781-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Couramment rangé parmi les épigones des grandes philosophies de Fichte et de Schelling, Krause, qui ne réussit jamais à obtenir en Allemagne les postes universitaires qu'il convoitait, ni à s'y imposer de quelque façon, connut en Espagne, par son œuvre, un succès étonnant dans la seconde moitié du xixe siècle. Il y fut introduit par Julian Sanz del Rio, qui, se rendant en Allemagne, avait rencontré un disciple belge du philosophe, Guillaume Tiberghien (Exposition du système de Krause, Bruxelles, 1844 ; Théorie de l'infini, 1846 ; Les Commandements de l'humanité, 1872). Ainsi Krause, qui, autour de 1808, avait vu en Napoléon l'homme capable de réaliser son idéal d'une « ligue de l'humanité », devint-il le maître à penser de toute une génération d'intellectuels espagnols soucieux de l'évolution de leur pays (P. Jobit, Les Éducateurs de l'Espagne moderne, Paris, 1936). Mais l'esprit krausien se retrouve aussi dans l'anarchie de Proudhon, avec laquelle il a beaucoup de ressemblances. L'abondante production du penseur allemand n'a d'ailleurs cessé, depuis ses premiers disciples von Leonhardi et Ahrens, de faire l'objet de publications posthumes ou d'inspirer des études telles que la Théorie de la détermination sur la base du panenthéisme de Krause (1910) de J. De Boeck, élève de Tiberghien.

Né à Eisenberg en Thuringe, Krause était entré en 1797 à l'université d'Iéna, où il fut l'élève de Fichte et de Schelling et où il étudia la théologie, la philosophie, les mathématiques. Reçu privat-dozent en 1802 avec une dissertation sur les rapports de la philosophie et des mathématiques, il commença à enseigner et publia ses premiers ouvrages : Grundlage des Naturrechts (1803), Grundriss des historischen Logik (1803), Grundlage eines philosophischen Systems der Mathematik (1804), Entwurf des Systems der Philosophie. Anleitung zur Naturphilosophie (1804). S'étant établi à Dresde en 1805, Krause s'y lia avec les milieux maçonniques et fut reçu dans la loge des « Trois Épées », mais son adhésion à ce courant de pensée, dont on retrouve les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRAUSE KARL CHRISTIAN FRIEDRICH (1781-1832)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs de l'Espagne moderne »  : […] La nécessité de retrouver la vérité historique de l'Espagne et de lui donner les meilleures chances de s'accomplir se fait de plus en plus manifeste dans les consciences. La volonté de réforme qui, continuellement, est le sel de la vie souterraine de l'Espagne, s'incarne dans la grande figure de Joaquín Costa, promoteur d'une politique hydraulique, historien des origines espagnoles du socialisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14339

Pour citer l’article

Charles BALADIER, « KRAUSE KARL CHRISTIAN FRIEDRICH - (1781-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-christian-friedrich-krause/