KOSIK KAREL (1926-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe marxiste tchèque. Arrêté par la Gestapo en 1944 et déporté à Terezin pour son activité clandestine dans la résistance communiste, Karel Kosik, une fois le pays libéré, étudie Husserl et Heidegger auprès de Jan Patocka, puis se tourne vers le marxisme. La Dialectique du concret (1962), lui vaut une reconnaissance mondiale. Universitaire éminent, il est l'un des dirigeants de l'Union des écrivains tchèques, où il anime le Club de la pensée critique, ainsi que deux revues. Figure intellectuelle du Printemps de Prague, il est élu au comité central du P.C. tchèque au XIVe congrès clandestin d'août 1968 et publie Notre crise actuelle, une réflexion sur le renouveau démocratique du socialisme. Exclu du parti à l'automne de 1969, puis de l'université, il doit attendre la révolution de velours pour retrouver son poste de professeur. Son opposition au nouveau régime, toutefois, lui vaudra à nouveau d'être exclu de ce dernier.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« KOSIK KAREL - (1926-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karel-kosik/