VALERA JUAN (1824-1905)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Andalousie, ce fils de famille aristocratique, Juan Valera y Alcalá Galiano, commença par la Carrière en accompagnant à Naples le célèbre duc de Rivas, diplomate écrivain. Les obligations de sa profession le transportent en maintes capitales d'Europe, et même vers celles d'Amérique : Rio de Janeiro et Washington ; enfin à Vienne où il fut ambassadeur de 1893 à 1895. À cette dernière date, sa cécité presque totale le ramène en Espagne où il mourra aveugle et octogénaire, mais encore actif.

Quoique réputé surtout comme romancier, Valera débute en littérature par des Essais poétiques (Poesías, 1844), pratique le journalisme en rédigeant de nombreux textes historiques et critiques, même polémiques (voir par exemple sa controverse modérée avec la comtesse de Pardo Balzán sur le naturalisme). Mais ce n'est que vers la cinquantaine qu'il publie son premier roman : Pepita Jiménez, récit en grande partie épistolaire, d'une psychologie assez pénétrante, des amours éthérées mais passionnées d'une jeune veuve avec un séminariste. Parmi les romans qui suivirent, bornons-nous à citer Doña Luz (1879) qui met encore en scène des gens d'Église. Dans son dernier ouvrage, Morsamor (1899), sur une trame empruntée à l'un des contes du Livre de Patronio de Don Manuel (xive s.), l'auteur narre les aventures extraordinaires d'un moine qui connaît ou croit connaître (jusqu'à la fin le doute plane), à la faveur d'une opération magique, une deuxième jeunesse aussi passionnante que la première l'était peu. L'histoire qui se déroule à l'époque, glorieuse entre toutes pour l'Espagne, des grandes découvertes (xvie s.) a pour théâtre rien de moins que le globe terrestre. Le fantastique et l'historique y sont habilement mêlés sans qu'on puisse clairement décider si le message religieux et philosophique est fondamental ou sert de simple prétexte.

Dans tous ses écrits, Valera use avec art d'une langue déjà un peu désuète à son époque, mais dont on peut encore, à la nôtre, apprécier l'élégante précision.

—  Michel BERVEILLER

Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines d'Amiens

Classification

Pour citer l’article

Michel BERVEILLER, « VALERA JUAN - (1824-1905) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-valera/