DELTEIL JOSEPH (1894-1978)

Joseph Delteil est né à Villar-en-Val (Aude), d'un père bûcheron-charbonnier. Après la fin de la guerre, il s'installe à Paris. En 1922, son premier roman, Sur le fleuve Amour, étonne les surréalistes. En 1925, il obtient le prix Femina avec sa Jeanne d'Arc qui, deux ans plus tard, est utilisée par Carl Dreyer pour réaliser son célèbre film. Devenu auteur à succès, Joseph Delteil produit abondamment pendant quelques années romans, poèmes et biographies : Les Poilus (1926), Perpignan (1927), La Jonque de porcelaine (1928), La Fayette (1928), Il était une fois... Napoléon (1929), Saint don Juan (1930).

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc

Photographie

Falconetti dans le rôle principal de La Passion de Jeanne d'Arc (1928), film muet du réalisateur danois Carl Dreyer (1889-1968), d'après Joseph Delteil. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En janvier 1930, il rencontre la directrice de la Revue Nègre, Caroline Dudley, l'épouse et change complètement de vie : les deux jeunes gens quittent Paris et s'installent dans un vaste domaine, « La Tuilerie », situé près de Montpellier. Delteil devient alors vigneron et renonce presque entièrement à l'écriture puisque, en plus de quarante ans, il ne publiera guère que cinq ou six ouvrages, notamment : Jésus II (1947), François d'Assise (1960), La Deltheillerie (1968) et Le Sacré Corps (1976).

Les salons parisiens, non plus que ses succès littéraires, n'ont donc pu retenir dans la capitale ce fils de paysan. Il leur préféra la proximité quotidienne de la terre, au point que, pendant les dernières années de sa vie, il se proclamait volontiers « paléolithique ». N'éprouvant qu'une sympathie modérée pour la société de ses contemporains, il choisit définitivement une solitude dépouillée, mais hautaine. Le seul être dont il attendît du secours, à qui il acceptât de rendre des comptes, était le Christ, auquel le liait une foi d'ailleurs toute personnelle.

Cette attitude trouve sa juste illustration dans ses livres : les héros de Delteil, vrais ou imaginaires, ne sont jamais les porte-parole d'une morale sociale. Ils n'ont pas l'intention de réformer le monde, mais suivent leur propre route avec entêtement. En eux, le thème païen de la fatalité se mêle assez curieusement à la vocation que Dieu leur a choisie, si bien que leur route semble toute tracée, où qu'elle les conduise [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jacques BENS, « DELTEIL JOSEPH - (1894-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-delteil/