PESTALOZZI JOHANN HEINRICH (1746-1827)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Enfant de femme et de mère autant qu'il est possible de l'être », du fait du décès prématuré de son père, Johann Heinrich Pestalozzi (né à Zurich) reconnaît qu'il n'est guère préparé à la vie réelle. Dans une lettre à Anna Schulthess, qu'il épouse en 1769, il se décrit impressionnable, d'une grande sensibilité, allant très souvent à l'extrême. De plus, ce tempérament est armé de religion, marqué à la fois par un protestantisme tendant au piétisme, où se discerne l'influence du grand-père paternel, pasteur à Höngg, et par un rousseauisme vertueux que l'expérience pédagogique de J. B. Basedow au Philanthropinum de Dessau relie aux méthodes d'enseignement de Comenius. Davantage de quoi faire retour à la nature et y sacrifier à l'amour que de quoi devenir un bon gestionnaire : « Je n'ai voulu durant toute ma vie [...] que le bien du peuple que j'aime et dont je sens comme peu d'autres les misères... » De fait, sa tentative de mener conjointement une exploitation agricole et une institution pour enfants pauvres à Neuhof, dans une propriété qu'il acquiert près de Birr (canton d'Argovie), échoue de misère au bout de quelques années, en 1780. C'est alors qu'il consigne ses pensées (Soirées d'un solitaireAbendstunde eines Einsiedlers, 1781). Le succès de l'ouvrage l'encourage et, la même année, il entreprend Léonard et Gertrude (Lienhardt und Gertrud), dont il achève la quatrième et dernière partie en 1787. Plus qu'avec Christophe et Else (Christoph und Else, 1782) ou qu'avec son journal (Schweizeblatt), qui ne paraîtra qu'en 1828, il tenait là la notoriété. Histoire simple que celle de cette femme (Gertrude) qui se trouve confrontée avec son mari, ouvrier maçon (Léonard), aux dures réalités d'une existence villageoise toute d'exploitation et de malheur du fait d'un mauvais bailli, et qui parvient en s'adressant au vrai maître du lieu (le baron Arner) à obtenir le rétablissement de la justice. Mais le cœur de l'homme n'est pas si bon qu'il ne faille le secours d'une éducation : dans le second volet du récit, l'instituteur (Glüp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gilbert GIANNONI, « PESTALOZZI JOHANN HEINRICH - (1746-1827) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-heinrich-pestalozzi/