RAWLINGS JERRY JOHN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Officier et homme d'État, né le 22 juin 1947 à Accra, il dirige le Ghana en 1979, puis de 1981 à 2001.

Fils d'un Écossais et d'une Ghanéenne, Jerry John Rawlings fait ses études à l’Achimoto College, puis à l'académie militaire de Teshie. Nommé sous-lieutenant dans l'aviation ghanéenne en 1969, il est promu capitaine d'aviation et devient un excellent pilote. En juin 1979, Rawlings et plusieurs officiers subalternes organisent avec succès un coup d'État militaire. Avec le Conseil des forces révolutionnaires, il dirige le pays pendant 112 jours, au cours desquels plusieurs dirigeants, dont le général Ignatius Kutu Acheampong, sont jugés et exécutés. Rawlings cède alors le pouvoir à un président civil élu librement, Hilla Limann. Ce dernier renvoie rapidement le putschiste de l'aviation.

Rawlings n'en demeure pas moins une figure populaire. Face à l'incompétence du nouveau régime civil qui ne parvient pas à enrayer le déclin de l'économie nationale, il décide, le 31 décembre 1981, de renverser le gouvernement de Limann. Rawlings constitue un Conseil provisoire de la défense nationale pour remplacer le gouvernement et fait emprisonner Limann et quelque 200 hommes politiques. Il crée des comités de défense populaire dans les quartiers, ainsi que des conseils de travailleurs destinés à contrôler la production des usines. Lorsque ces structures et diverses autres mesures populistes se révèlent un échec en 1983, Rawlings fait machine arrière et adopte une politique économique conservatrice éditée par le F.M.I. et la Banque mondiale. Il diminue ainsi les subventions et le contrôle des prix afin de réduire l'inflation, privatise de nombreuses entreprises publiques et dévalue la monnaie en vue de stimuler les exportations. Cette libéralisation dope l'économie ghanéenne, qui affiche au début des années 1990 l'un des taux de croissance les plus élevés d'Afrique. Rawlings est élu président en 1992, et réélu en 1996. La Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, il se retire au début de l'année 2001, cédant la présidence à John Kufuor. Il aura apporté la stabilité politique au Ghana tout en gérant l'économie d'une main de maître, mais en laissant se creuser le fossé entre les riches et les pauvres.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  RAWLINGS JERRY JOHN (1947- )  » est également traité dans :

GHANA

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Anne HUGON
  •  • 7 191 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le début des difficultés et de l'instabilité »  : […] Rapidement, le pays se trouve en butte à de graves difficultés économiques dues au coût de ces travaux et à la baisse des prix du cacao, dont les revenus ne compensent pas l'amenuisement des réserves nationales. L'opposition tente de déstabiliser le pouvoir par tous les moyens (sabotage, espionnage, coups d'État manqués, tentative d'assassinat...), en partie en réponse à la dérive autoritaire de N […] Lire la suite

Les derniers événements

Ghana. Élection de l'opposant John Atta-Mills à la présidence. 28 décembre 2008

Candidat de l'opposition, le chef du National Democratic Congress John Atta-Mills, un professeur de droit proche de l'ancien président Jerry Rawlings, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 50,2 p. 100 des suffrages. Il devance de peu Nana Akufo-Addo, chef du New Patriotic Party, la formation du président sortant John Kufuor. Ce dernier se retire au terme des deux mandats consécutifs qu'autorise la Constitution. […] Lire la suite

Ghana. Victoire de l'opposition aux élections générales. 7-28 décembre 2000

indépendants. Au premier tour de l'élection présidentielle, qui se tient le même jour, le chef du N.P.P., John Kufuor, avec 48,4 p. 100 des suffrages, devance de peu le vice-président sortant, John Atta Mills, candidat du N.D.C., qui obtient 44,8 p. 100 des voix. Le président Jerry Rawlings, élu […] Lire la suite

Ghana. Victoire du président Jerry Rawlings aux élections générales. 7 décembre 1996

Jerry Rawlings est réélu à la tête de l'État par 57,2 p. 100 des suffrages contre 39,9 p. 100 à son principal adversaire John Kufuor, représentant du front unique constitué par les deux grands partis d'opposition, le Nouveau Parti patriotique, qu'il dirige, et le Parti de la convention du peuple […] Lire la suite

Pour citer l’article

« RAWLINGS JERRY JOHN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jerry-john-rawlings/