GALZY JEANNE (1884-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lauréate du prix Femina en 1922 pour Les Allongés et membre du jury de ce prix depuis 1940, la romancière Jeanne Galzy, décédée à l'âge de quatre-vingt-treize ans à Montpellier, sa ville natale, fut bercée dès son plus jeune âge par le rythme poétique. Sa mère, qui écrivait elle-même des vers, lui disait, le soir, Le Lac de Lamartine pour l'endormir. Et c'est en écrivant à son tour des poèmes que la jeune enseignante, sévrienne et agrégée de lettres, s'essaya à l'art d'écrire. Venue à Paris, à l'âge de vingt-quatre ans, dans l'espoir de faire du journalisme et de la poésie, Jeanne Galzy abandonna rapidement les vers pour la prose, sur les conseils de Vallette du Mercure de France.

C'est ainsi qu'elle publia en 1917 son premier roman, La Femme chez les garçons, dans lequel elle transposait son expérience de professeur au lycée Lamartine, à Paris. Son deuxième roman, Les Allongés, était d'une tout autre inspiration : atteinte du mal de Pott, elle avait dû passer trois années à Berck, tirant de cette épreuve matière à réflexion.

Son œuvre, qui comprend une trentaine d'ouvrages – des romans pour la plupart – est nourrie par l'influence des classiques, en particulier par celle d'Édouard Estaunié qui lui donna « le goût de la peinture des vies secrètes et sans éclat qui toutes, cependant, contiennent leur part de tragédie ». Vivement intéressée par les expériences de vie communautaire et par « la vie secrète des choses », Jeanne Galzy tenta, au travers de ses écrits, d'apporter un « témoignage moral » sur tout ce qu'il lui fut donné de voir au cours de sa vie d'enseignante (L'Initiatrice aux mains vides, Jeunes Filles en serre chaude, Jeunesse déchirée, La Fille, La Femme étrangère). Elle fit aussi des recherches historiques et entreprit, à Montpellier où elle se retira une fois la notoriété conquise, plusieurs biographies, essentiellement de femmes, à deux exceptions près : Catherine de Médicis, Sainte Thérèse d'Avila, La Reine Margot, George Sand, André Chénier et Agrippa d'Aubigné [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Paul MORELLE, « GALZY JEANNE - (1884-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-galzy/