LAURENT JACQUES (1919-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans même tenir compte de ses nombreux pseudonymes, il y eut de bien nombreux Jacques Laurent au cours de la seconde moitié du xxe siècle, depuis le publiciste, jusqu'au membre de l'Académie française, élu en 1986. On le trouve au premier rang dans la plupart des polémiques des années 1950 opposant gauche et droite, résistance gaulliste et vichysme renaissant, Les Temps modernes et La Parisienne, L'Express et Arts. Formé par Maurras, Léon Daudet et Jacques Bainville, Jacques Laurent se révéla un polémiste de vocation, le meilleur de cette extrême droite littéraire qui, sous le terme de « hussards », sut revendiquer la liberté et le plaisir d'écrire.

Une fois révolu le temps des polémiques, il faut convenir que le meilleur rôle de Jacques Laurent n'est pas celui de l'anti-Sartre providentiel, qu'il revendique avec son Paul et Jean-Paul (entendons Bourget et Sartre). Plus tard, en 1977, Laurent écrira l'un de ses plus beaux livres, Roman du roman. Le chapitre premier, qui présente à la fois un souvenir d'adolescence et une vocation immédiate de romancier, égale, par son écriture jubilante, un autre récit d'enfance, Les Mots, du rival exécré. Jacques Laurent, dans le genre de l'essai, ne pouvait écrire que contre le détenteur d'une position dominante, qu'il eût nom de Gaulle, Sartre, Mauriac, Barthes, ou l'université. La limite de sa pensée tient à cette pugnacité constitutionnelle.

Les romans signés Jacques Laurent sont nombreux, passionnants, tout à fait inégaux, même à l'intérieur du même récit. Le lecteur de Laurent croit reconnaître, à l'origine de cette production, un engagement juvénile du côté de Vichy, au cabinet de Paul Marion, beaucoup plus avancé que ne le dit l'auteur d'Histoire égoïste (1976). Dans le périodique Idées, où Drieu la Rochelle signe ses professions de foi collaborationnistes, un certain Jacques Bostan va aussi fort loin dans ce sens. Le choc de l'épuration et l'échec d'un premier roman très ambitieux, Les Corps tranquilles (1948), vont susciter une fièvre r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Les derniers événements

France. Accusations de Robert Bourgi contre Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen. 11-22 septembre 2011

Le 11, Le Journal du dimanche publie un entretien avec l'avocat Robert Bourgi, considéré comme un intermédiaire officieux entre le pouvoir français et les régimes africains. Robert Bourgi accuse l'ancien président Jacques Chirac et l'ancien secrétaire général de l'Élysée […] Lire la suite

France. Relaxe de Jacques Dominati dans l'affaire des faux électeurs du IIIe arrondissement, à Paris. 20 décembre 2006

que l'ancien maire de l'arrondissement Jacques Dominati (U.D.F.) en a été le « bénéficiaire ». Toutefois, en l'absence de preuves formelles de la responsabilité de Jacques Dominati et de son fils Laurent, et en raison de l'inexistence du chef d'accusation de « recel » pour l'infraction reprochée, il prononce la relaxe des intéressés. Plusieurs personnes, dont un autre fils de Jacques Dominati, Philippe, sont condamnées à des peines de prison avec sursis. […] Lire la suite

France. Sommet de la francophonie à Ouagadougou dominé par la crise ivoirienne. 26-27 novembre 2004

Les 26 et 27, une cinquantaine de chefs d'État et de gouvernement assistent, à Ouagadougou, au Burkina Faso, au Xe Sommet de la francophonie, consacré au développement durable. La crise ivoirienne domine les débats, en l'absence du président Laurent Gbagbo, qui accuse […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Violences antifrançaises et évacuation des ressortissants étrangers. 4-30 novembre 2004

étrangers ont été évacués de Côte d'Ivoire en cinq jours, Jacques Chirac met en garde contre la « dérive fasciste » du régime ivoirien en cas de retrait des troupes françaises, éventualité qu'il écarte. Laurent Gbagbo qualifie ce propos d'« insulte » et fustige l'arrogance des militaires français […] Lire la suite

France. Ouverture du procès de l'affaire du sang contaminé. 9-24 février 1999

Le 9, le procès de Laurent Fabius, ancien Premier ministre, de Georgina Dufoix, ancien ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, et d'Edmond Hervé, ancien secrétaire d'État à la Santé, mis en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du sang contaminé, débute devant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LECARME, « LAURENT JACQUES - (1919-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-laurent/