LAYTON IRVING (1912-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète canadien d'origine roumaine, Irving Layton traitait de la vie des juifs dans son pays d'adoption avec l'énergie de la rébellion, en s'efforçant de décrire avec réalisme les spécificités propres à l'Amérique du Nord.

Irving Layton, de son vrai nom Israel Pincu Lazarovitch, naît le 12 mars 1912 à Tîrgu Neamţ, dans le nord de la Roumanie. Sa famille, juive, émigre au Canada l'année suivante et s'établit à Montréal, où elle vit dans des conditions difficiles. Le jeune homme s'inscrit au Macdonald College, et obtient un diplôme en sciences de l'agriculture en 1939. Il étudie ensuite à l'université McGill, dont il sort avec une maîtrise en sciences politiques en 1946. Après avoir servi dans l'aviation canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille dans l'éducation à Montréal de 1945 à 1960, avant d'occuper un poste de professeur de littérature à l'université York de Toronto de 1970 à 1978.

Si les poèmes d'Irving Layton demeurent lyriques et romantiques sur le fond et classiques dans leur forme, ils évoluent au fil du temps. Tandis que les œuvres de jeunesse rassemblées sous les titres Here and Now (1945) et Now Is the Place (1948) font la part belle à la description, les ouvrages ultérieurs comme In the Midst of My Fever (1954) and The Cold Green Element (1955) privilégient la sévérité et la rancœur, nourries de toute la haine que l'auteur éprouve à l'égard de la bourgeoisie, du puritanisme et de tous les autres ennemis de la spontanéité. Souvent controversé, Layton considère que les poètes doivent « déranger et mettre mal à l'aise » leurs lecteurs. Il se détourne plus tard de la critique sociale pour se soucier davantage de la condition universelle de l'homme, comme en témoignent A Red Carpet for the Sun (1959), The Swinging Flesh (1961), Balls for a One-Armed Juggler (1963), For My Brother Jesus (1976), For My Neighbours in Hell (1980) et Europe and Other Bad News (1981). Irving Layton donne une version révisée de ses Collected Poems (1965) en 1971. Il publie également des volumes de prose rassemblant des essais, des nouvelles et des lettres, notamment Engagements (1972) et Taking Sides (1978). Il meurt le 4 janvier 2006 à Montréal.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LAYTON IRVING (1912-2006)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une tradition imagiste »  : […] Depuis les années 1920, Montréal était devenu un centre d'activité poétique, grâce à l'influence d'imagistes tels qu'Ezra Pound mais aussi grâce à l'esprit novateur de la revue littéraire The McGill Fortnightly Review (fondée en 1925), de jeunes poètes comme Raymond Knister, W. W. E Ross, F. R. Scott, A. M. Klein, Earle Birney, ou Dorothy Livesay, plus tard suivis par Miriam Waddington, Margaret […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LAYTON IRVING - (1912-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irving-layton/