N'DIAYE IBA (1928-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre sénégalais Iba N'Diaye, né en 1928 à Saint-Louis, en Afrique-Occidentale française, fut l'un des plus grands artistes modernistes de son pays et l'un des fondateurs du mouvement artistique de la négritude baptisé école de Dakar. N'Diaye s'installe en France en 1949 afin d'étudier l'art et l'architecture à l'école des Beaux-Arts de Paris ; il demeure en métropole jusqu'en 1959 et rentre au Sénégal juste avant la déclaration d'indépendance. À l'initiative du nouveau président, Léopold Sédar Senghor, N'Diaye participe à la création de l'École nationale des beaux-arts du Sénégal, où il enseigne jusqu'en 1966 tout en organisant sa première exposition personnelle. Cette année-là, il organise le premier festival mondial des Arts nègres à Dakar. N'Diaye retourne à Paris en 1967, dans son atelier de La Ruche à Montparnasse, puis à Montmartre, et partage dès lors son temps entre les deux villes. Ses toiles semi-abstraites aux couleurs vives reflètent des influences occidentales (Juan de Pareja agressé par les chiens, 1986, d'après une toile de Velázquez, la série Le Peintre et son modèle), en particulier le jazz (comme on le voit dans l'ouvrage Peindre est se souvenir, 1994) et le classicisme européen, et une inspiration africaine, notamment dans la série Tobaski des années 1960 sur le thème du sacrifice rituel du mouton ou dans la série des années 1980 Le Cri d'un continent. Une rétrospective de son œuvre est présentée en 1987 au Museum für Völkerkunde de Munich (Allemagne), en 1989 à l'Africa Museum de Berg en Dal (Pays-Bas) et l'année suivante au musée d'Art moderne de Tempere (Finlande). Il s'éteint le 5 octobre 2008 à Paris.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« N'DIAYE IBA - (1928-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iba-n-diaye/