MACLENNAN HUGH (1907-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romancier et essayiste canadien d'expression anglaise Hugh MacLennan formula dans ses œuvres une critique sociale et psychologique incisive du Canada contemporain.

Hugh MacLennan naît le 20 mars 1907 à Glace Bay, sur l'île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Grâce à une bourse universitaire, le jeune homme étudie à Oxford, avant de fréquenter Princeton, où il passe un doctorat en 1935. Il enseigne le latin et l'histoire au Lower Canada College de Montréal de 1935 à 1945, puis occupe un poste de professeur de littérature anglaise à l'université McGill de 1951 à 1963. Son premier roman, Barometer Rising (1941, Le temps tournera au beau), est une fable morale qui a pour toile de fond un fait réel : l'explosion d'un navire transportant des munitions qui détruisit une partie de la ville d'Halifax en 1917. Two Solitudes (1945, Deux Solitudes) explore quant à lui les conflits moraux, sociaux et religieux qui déchirent les familles et les communautés anglophones et francophones au Québec, sur fond de Première Guerre mondiale et d'entre-deux-guerres. The Precipice (1948) analyse les différences entre les citoyens canadiens et leurs voisins américains, tandis que The Watch That Ends the Night (1959, Le Matin d'une longue nuit) dresse un portrait existentialiste d'un homme qui traverse une crise morale et psychologique pendant la Seconde Guerre mondiale. Return of the Sphinx (1967) est un roman politique sur le nationalisme des Canadiens francophones. Dans sa septième œuvre de fiction, Voices in Time (1980), MacLennan raconte comment un homme tente de reconstruire l'histoire d'un Canada détruit par une catastrophe nucléaire. Il meurt le 7 novembre 1990 à Montréal.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  MACLENNAN HUGH (1907-1990)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le postmodernisme »  : […] Dans les années 1950 encore, les écrivains pouvaient difficilement vivre de leur plume dans un pays postcolonial peu peuplé, dominé par les industries culturelles anglaise et, surtout, américaine. Une nouvelle fierté nationale s'installa à partir des années 1960, à l'occasion du centenaire du Canada, amenant le gouvernement à subventionner les arts. Ce soutien, accompagné d'un nouvel intérêt de la […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MACLENNAN HUGH - (1907-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hugh-maclennan/