GAULLE-ANTHONIOZ GENEVIÈVE DE (1920-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déportée à Ravensbrück, première femme élevée à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur pour avoir, toute sa vie, « lutté contre l'humiliation », Geneviève de Gaulle a consacré plus de quarante ans aux actions humanitaires. Présidente de l'association ATD Quart-Monde, elle se battit contre la précarité avec l'énergie des survivantes des camps nazis.

Née le 25 octobre 1920, orpheline de mère à quatre ans, la fille de Xavier de Gaulle, frère aîné du général de Gaulle, s'était engagée dans le mouvement Défense de la France parce que, voyant sa patrie menacée de disparaître, elle avait découvert « qu'on pouvait donner sa vie pour la défendre ». Arrêtée le 20 juillet 1943, déportée à Ravensbrück où elle arrive le 3 février 1944, elle attendit plus de cinquante ans pour relater sa terrible expérience du système nazi dans La Traversée de la nuit (1998). Elle y dénonce la haine et la violence pires que la mort, une détresse inhumaine et cet objectif majeur des bourreaux : la destruction progressive de ce qui constitue un être humain, sa dignité, sa relation avec les autres, ses droits les plus élémentaires ; elle y raconte ce qui l'a sauvée : le partage de la fraternité et du pain, la tendresse de regards amis et son transfert à l'infirmerie en octobre 1944.

Mariée en 1946 à l'éditeur d'art Bernard Anthonioz, qui sera, en 1962, chef du service de la création artistique au ministère des Affaires culturelles, Geneviève de Gaulle a aussi été membre du cabinet d'André Malraux en 1958 ; elle y défendit le développement de la recherche scientifique. Si elle renonça à ses tâches officielles pour assister le père Joseph Wresinski, qui venait de fonder, en 1957, l'association Aide à toute détresse, ATD (qu'il renommera, quelques années plus tard, ATD Quart-Monde), elle garda la certitude que « la culture est un vrai chemin pour sortir de la grande pauvreté et vaincre l'exclusion ».

Présidente de 1964 à 1998 de la section française d'ATD Quart-Monde, elle voyait dans tous les arts « des chemins de rencontre entre les familles les plus pauvres, leurs enfants et les autres fami [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification

Les derniers événements

27 mai 2015 • FranceEntrée au Panthéon de quatre héros de la Résistance.

François Hollande préside la cérémonie d’entrée au Panthéon de quatre héros de la Résistance, le journaliste et homme politique Pierre Brossolette, l’ethnologue Germaine Tillion, l’ancienne présidente d’A.T.D. Quart-Monde Geneviève de Gaulle-Anthonioz et le ministre de l’Éducation du Front populaire Jean Zay. Le chef de l’État rend hommage à l’« esprit de résistance » tout en appelant au « devoir de vigilance ».  [...] Lire la suite

21 février 2014 • FranceAnnonce de quatre transferts au Panthéon.

»: l'ethnologue Germaine Tillion, l'ancienne présidente d'A.T.D. Quart Monde Geneviève de Gaulle-Anthonioz, le journaliste et homme politique Pierre Brossolette et le ministre de l'Éducation du Front populaire Jean Zay.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « GAULLE-ANTHONIOZ GENEVIÈVE DE - (1920-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/genevieve-de-gaulle-anthonioz/