VINCENT GABRIELLE (1928-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Secrète et sensible, Monique Martin (qui choisira en 1981 le pseudonyme de Gabrielle Vincent) est née le 9 septembre 1928 à Bruxelles où elle étudie à l'Académie royale des beaux-arts. Seuls quelques proches mentionnent les cartes postales, les expositions intimistes de l'aquarelliste, les tirages à compte d'auteur de carnets de croquis offerts à des amis et un premier album Le Petit Ange à Bruxelles (1970), resté confidentiel. Le succès vient avec Ernest et Célestine ont perdu Siméon (1981), un album pour les petits enfants, immédiatement distingué par un Parents Choice décerné en 1982 aux États-Unis et une mention pour le Sankei Children's Books Publication Prize (1984, Japon). De nombreux titres suivront, notamment Ernest et Célestine, musiciens des rues (1981), Ernest et Célestine chez le photographe (1982) ; sélectionné par le New York Times comme l'un des dix meilleurs albums illustrés de 1982, ce dernier reçoit le prix de la Fondation de France, la médaille de bronze du prix Plantin Moretus, la mention Sankei du Japon.

Le gros ours tendre et la petite souris, devenus un couple de référence dans le monde des albums pour enfants, apportent à leur créatrice une reconnaissance internationale. D'abord édités chez l'éditeur belge Duculot, repris par Casterman, ces albums ont été traduits en douze langues. Ces histoires montrent des situations de la vie quotidienne vues par des enfants et des cœurs simples, dont Gabrielle Vincent illustre en poète la vulnérabilité. Ainsi, la plus galvaudée des fêtes retrouve un charme innocent avec Noël chez Ernest et Célestine (1983). Le ton et la qualité graphique de la série se retrouvent dans d'autres titres où l'économie du trait vise à l'essentiel. Outre les histoires d'animaux anthropomorphes, il est des figures d'enfants qui touchent juste comme dans La Petite Marionnette (1992) ou des vieillards au grand cœur dans Au bonheur des ours (1993). Gabrielle Vincent s'écarte de tout artifice infantile. Par-ci, par-là, ce monde fragile et précaire laisse entrevoir une dé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « VINCENT GABRIELLE - (1928-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabrielle-vincent/