PAULUS FRIEDRICH VON (1890-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un fonctionnaire, Paulus est lieutenant en 1909, capitaine en 1914 et colonel en 1938. Il est alors l'un des spécialistes allemands des blindés. Après les campagnes de Pologne et de France, où il assiste Reichenau, il devient chef adjoint de l'état-major général de la Wehrmacht. En 1942, il est nommé commandant en chef de la VIe armée, qu'il mène, au cours de l'été, jusqu'à la Volga et à la conquête de Stalingrad, dans les faubourgs de laquelle il parvient à la fin d'août. Mais, trop faible pour emporter la ville, il piétine encore en novembre dans les ruines défendues mètre par mètre par les Soviétiques et, malgré des efforts surhumains, ne parviendra jamais à les rejeter entièrement à l'est de la Volga. Il lui a manqué l'appui de la IVe armée blindée de Manstein, déroutée inutilement par Hitler vers le Caucase ; les Allemands, en effet, avaient gravement mésestimé les ressources et l'énergie de l'Armée rouge. Coupé du gros de l'armée allemande, encerclé par les Russes, Paulus ne reçoit pas de Hitler la permission de battre en retraite. Après une lente et terrible agonie de cinquante jours, la VIe armée est pratiquement exterminée et Paulus est forcé de capituler le 31 janvier 1943, avec les 100 000 hommes qui lui restent sur plus de 200 000. Il venait d'être élevé par Hitler à la dignité de maréchal. Mais celui-ci ne pardonna jamais à Paulus ce qu'il appelait sa lâcheté et les rapports entre le Führer et la Wehrmacht ne cesseront désormais de se dégrader, atteignant le point de rupture après l'attentat manqué du 20 juillet. Apprenant la répression féroce dont l'armée est l'objet, Paulus, en captivité, adhère au Comité national de l'Allemagne libre du général von Seydlitz et appelle par radio et par tracts l'armée allemande à se débarrasser du dictateur. En 1946, il dépose au procès de Nuremberg contre ses anciens collègues de la Wehrmacht. Autorisé par les Russes en 1953 à s'installer en Allemagne démocratique, à Dresde, il s'y montre jusqu'à sa mort partisan d'une nouvelle alliance germano-soviétique et farouche adversaire de la politique du chancelier Adenauer en Allemagne fédérale.

Bataille de Stalingrad, 1942-1943

Bataille de Stalingrad, 1942-1943

vidéo

En septembre 1942, Stalingrad est encerclée, puis progressivement envahie. De terribles combats de rue se livrent dans la ville; les Soviétiques résistent rue par rue, maison par maison durant trois mois. Stalingrad est un enfer. À la fin novembre, Staline passe à la contre-offensive et ses... 

Crédits : National Archives

Afficher

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAULUS FRIEDRICH VON (1890-1957)  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « L'offensive allemande en U.R.S.S. (printemps 1942) »  : […] En U.R.S.S., l'hiver de 1941 à 1942 avait permis à l'Armée rouge de marquer quelques points, notamment devant Moscou, où les Allemands reculèrent de 200 kilomètres, et dans la presqu'île de Kertch (Crimée) qui fut reprise par les Russes ; ceux-ci réussirent à ravitailler Leningrad par le lac Ladoga, mais non à la dégager. La Wehrmacht avait beaucoup souffert de l'hiver ; les radiateurs des chars é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_14032

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'URSS en guerre (1941-1945) »  : […] Durant les dix-huit premiers mois de la guerre (juin 1941-novembre 1942), l'URSS accumule les défaites. Après trois semaines de combats, les armées allemandes progressent de trois cents à six cents kilomètres, occupant les pays Baltes, la Biélorussie, l'Ukraine occidentale et la Moldavie. Le 24 septembre, après la chute de Smolensk, la Wehrmacht lance l'opération Typhon avec pour objectif Moscou. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_14032

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « PAULUS FRIEDRICH VON - (1890-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-von-paulus/