SOULIÉ FRÉDÉRIC (1800-1847)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur de drames romantiques et de romans-feuilletons, Soulié fut l'un des écrivains les plus prisés de son époque. Né à Foix, fils d'un professeur de philosophie de Toulouse reconverti dans l'administration, il travaille sous les ordres de son père après avoir passé une licence de droit. Cependant, attiré par les lettres, il gagne Paris, où il donne ses premières œuvres tout en dirigeant une scierie mécanique. Ses drames historiques, Roméo et Juliette (1828), Christine à Fontainebleau (1829), Clotilde (1832), joués à l'Odéon et au Théâtre-Français ne suscitent aucun intérêt ou ne connaissent qu'un succès d'estime. Mais Soulié s'impose avec son roman, Les Deux Cadavres (1832), et avec sa série sur l'histoire du Languedoc, Le Vicomte de Béziers (1834) et Le Comte de Toulouse (1835). Le succès triomphal des huit volumes des Mémoires du Diable (1838-1839), peinture de la société revue à la lumière du roman noir, publiés au Journal des débats, firent de Soulié, pendant dix ans, le grand maître du roman-feuilleton. Reprenant le procédé du Diable boiteux de Lesage (1707), l'écrivain nous fait pénétrer dans l'intimité de l'aristocratie et de la haute bourgeoisie dont il se plaît à dévoiler les tares physiques et surtout morales — de l'adultère à l'inceste et à l'assassinat —, quitte à réhabiliter d'autres personnages déshonorés. Parallèlement, son théâtre, qui évolue vers le drame de boulevard, connaît une faveur croissante avec Diane de Chivry, Le Fils de la folle et surtout la triomphale Closerie des Genêts (1846).

Parmi ses autres romans les plus célèbres, on relève Confession générale, Eulalie Pons, La Comtesse de Mourion, Saturnin Fichet, sans compter des adaptations tirées de son théâtre. Frédéric Soulié a publié aussi un opéra, des contes, des poèmes ; il a collaboré à un grand nombre de revues, se consacrant surtout à la critique vers la fin de ses jours.

—  France CANH-GRUYER

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « SOULIÉ FRÉDÉRIC - (1800-1847) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-soulie/