DARD FRÉDÉRIC (1921-2000)

Né à Jallieu (Isère) le 29 juin 1921, Frédéric Dard, peu enclin aux études, fait ses premières armes littéraires dans la revue Le Mois à Lyon. Ses publications ne tardent guère : La Peuchère, M. Joos (1941). Il se marie en 1942. Durant la guerre et l'après-guerre, Dard publie chroniques, articles, nouvelles ainsi que ses premiers « polars », très recherchés par les collectionneurs, parmi lesquels Réglez-lui son compte (1949), une espèce de « Peter Cheyney francisé », dont le héros est un certain commissaire San-Antonio, un nom repéré sur une carte des États-Unis.

À la fin de 1949, la famille Dard « monte » s'établir aux Mureaux. Par chance, le directeur des éditions Fleuve noir, ayant trouvé le premier San-Antonio chez un bouquiniste, contacte son auteur. La série commence avec Laissez tomber la fille (1950). En même temps, Dard publie d'autres romans (Dernière Mission, Du plomb pour ces demoiselles, N'ouvrez pas ce cercueil) sous divers pseudonymes ou sous son vrai nom. Mais la réussite se fait attendre.

Frédéric Dard est prêt à renoncer à l'écriture lorsque Simenon l'autorise à adapter au théâtre son roman La neige était sale, pièce qui fait un triomphe (1950). Le théâtre l'accapare un certain temps, sans parler de ses nombreux scénarios pour le cinéma ou la télévision. Toutefois, poussé par son éditeur, Dard se consacre de plus en plus aux San-Antonio. Le succès vient enfin, avec bientôt des centaines de milliers d'admirateurs, au rang desquels Jean Cocteau, qui traduit le sentiment général en lui écrivant : « J'achète un San-Antonio, je l'ouvre, et voilà votre cœur qui saute sur le mien ! »

En 1964 commence la publication des « hors-collection » avec L'Histoire de France vue par San-Antonio, qui atteint le million d'exemplaires. Frédéric Dard devient l'auteur « le plus lu des Français ». Surmené, il tente de se suicider en 1965, avant de refaire sa vie avec la fille de son éditeur, et de s'installer en Suisse romande. Là, il reprend son rythme d'écriture infernal, payé d'une éga [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DARD FRÉDÉRIC (1921-2000)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'école française »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, le roman noir américain va influencer beaucoup de romanciers français et, plus tard, les générations des années 1970-1980. Mais les vrais pères du « néo-polar » sont sans aucun doute Léo Malet (1909-1996) et Frédéric Dard (1921-2000). Ancien surréaliste, Malet, en 1941, avait commencé à écrire, sous pseudonymes américains, des récits censés se dérouler aux États- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_94078

Pour citer l’article

Raymond MILÉSI, « DARD FRÉDÉRIC - (1921-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-dard/