TROMBE FÉLIX (1906-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Félix Trombe (Nogent-sur-Marne, 1906- Gauties, Haute-Garonne, 1985) est principalement connu pour ses recherches concernant les utilisations de l'énergie solaire.

Les Pyrénées centrales, un massif karstique percé de grottes et de gouffres, un petit village, Ganties, doté d'une station thermale, tel est l'environnement qui a marqué l'enfance et l'adolescence de Félix Trombe. Sa carrière scientifique se déroulera au C.N.R.S., dans les domaines de la physique, de la chimie, de la métallurgie et des développements technologiques ; mais Félix Trombe n'oubliera pas ses racines et il consacrera ses loisirs à la préhistoire et à la spéléologie, qu'il abordera en scientifique et en sportif. Son nom restera attaché aux explorations du réseau d'Arbas (réseau Trombe), du gouffre de la Hennemorte et à des publications telles que : Gouffres et cavernes du Haut-Comminges, Le Centre préhistorique de Ganties-Montespan, La Spéléologie, Les Eaux souterraines et, surtout, son Traité de spéléologie, qui fait autorité en la matière.

Il sort en 1928 de l'institut de chimie de Paris, muni de son diplôme d'ingénieur-chimiste.

En 1930, il entre, comme boursier de thèse, chez le professeur Georges Urbain, spécialiste des terres rares, ou lanthanides. À cette époque, on ne connaît, dans un état de pureté satisfaisant, que quelques composés de ces éléments. Félix Trombe met au point plusieurs procédés adaptés à la préparation de ces métaux très réactifs et isole, à l'état pur, le lanthane, le néodyme, le cérium puis le gadolinium, le dysprosium et l'yttrium.

L'étude des propriétés physiques des métaux lui permet de mettre en évidence des phénomènes insoupçonnés d'une ampleur et d'une importance exceptionnelles. Citons, en particulier, le ferromagnétisme du gadolinium, le ferromagnétisme et l'antiferromagnétisme du dysprosium, les transformations allotropiques du cérium. Ces phénomènes s'accompagnent de tout un cortège d'anomalies (dilatation, conductibilité électrique, chaleur spécifique...) pour l'étude desquelles Félix Trombe concevra et mettra au point des montages permettant de travailler depuis la température de l'azote liquide jusqu'à 1 000 0C.

Ces découvertes, qui font déjà pressentir l'importance que prendront les lanthanides, aussi bien en recherche fondamentale que dans le domaine des applications industrielles, conduisent, en 1945, Frédéric Joliot, alors directeur du Centre national de la recherche scientifique, à créer, à Meudon-Bellevue, un important laboratoire de recherches sur les terres rares (laboratoire Georges Urbain), que Félix Trombe dirigera pendant 24 ans (1945-1969) et où l'équipe qu'il a formée continuera à travailler dans les différentes voies tracées.

Spécialiste des technologies de haute température, Félix Trombe est conduit à s'intéresser à l'énergie solaire, restée en sommeil, en France, depuis les travaux de Cassini, de Buffon et de Lavoisier.

En 1946 est installé, à Meudon, un four solaire de faible puissance (2 kW), principalement destiné à l'élaboration d'oxydes et de divers composés réfractaires très purs. De nouvelles technologies, adaptées au rayonnement convergent issu du miroir parabolique, sont mises au point.

Les résultats obtenus à Meudon entre 1946 et 1949 permettent d'entrevoir les immenses possibilités offertes par ce nouveau mode de production des très hautes températures et, en 1949, des moyens de travail accrus sont donnés à Félix Trombe avec la création, à Montlouis (Pyrénées-Orientales), du laboratoire de l'énergie solaire du C.N.R.S. En particulier, l'installation de batteries de fours, composés de l'ensemble héliostat-miroir parabolique, permet d'intensifier et de diversifier les thèmes de recherche.

Cependant, le développement en puissance de l'outil four solaire et sa promotion à l'échelle industrielle restent l'objectif fondamental de Félix Trombe, et c'est dans cet esprit qu'il fera construire le prototype de 50 kW de Montlouis puis le grand four de 1 000 kW d'Odeillo Font-Romeu. Pour ces deux réalisations, qui paraissaient poser, a priori, des difficultés techniques insurmontables, il mettra en œuvre des conceptions originales et simplifiées, tant au niveau de l'orienteur (champ d'héliostats) que du concentrateur (miroir parabolique « à facettes »).

Four solaire d'Odeillo

Photographie : Four solaire d'Odeillo

Mis en service en 1970, le four solaire d'Odeillo illustre les incertitudes et ambiguïtés de la politique énergétique. Capable d'atteindre, par focalisation des rayons solaires en un point grâce à un jeu de miroirs, une température de l'ordre de 3 000 0C en quelques secondes, le four fut... 

Crédits : D.R.

Afficher

Instrument de travail pour la recherche fondamentale mais aussi source de contrats industriels et d'échanges internationaux, le four de 1 000 kW — outil spectaculaire alliant l'efficacité à une indiscutable esthét [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Charlotte HENRY LA BLANCHETAIS, « TROMBE FÉLIX - (1906-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-trombe/