ABRAMOV FEDOR ALEKSANDROVITCH (1920-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier enfant d'une grande famille de paysans privée de père, Abramov a dû gagner son pain dès l'âge de sept ans. Il est parti à la guerre comme volontaire ; il y fut gravement blessé et termina ses études supérieures à l'université de Leningrad où il fut tour à tour enseignant puis responsable de la chaire de littérature soviétique (1956-1960).

Il a servi avec zèle le pouvoir qui a fait de lui un universitaire connu. Dès 1945 il adhère au Parti communiste ; auteur d'une thèse sur Cholokhov, il est un orthodoxe du réalisme socialiste. Mais, à côté de cela, comme Chagall est resté sa vie durant le fils de Vitebsk, Abramov est resté le fils de la Russie du Nord (il est originaire du village de Verkola, sur la rivière Pinega, dans la région d'Arkhangelsk) où, plus longtemps qu'ailleurs, s'est conservée grâce à l'éloignement, aux forêts, aux vieux-croyants, la Russie ancienne du lin et du bois, du cheval et de l'isba, des chants et des contes. Il fait ainsi partie de ce qu'on a appelé le « courant paysan » qui, pendant deux décennies, domine les lettres russes. Parmi ces écrivains qui ont pour but de réhabiliter une campagne que l'idéologie stalinienne a humiliée ou travestie, Abramov, à la différence d'un Belov plus passéiste, d'un Likhonossov plus sentimental, se définit comme le tenant d'une littérature « analytique et réaliste ». Cette recherche de la vérité, cette volonté de dire le vrai (avec l'acceptation naïve de la forme romanesque du xixe siècle russe) ne sont compréhensibles que dans un contexte où toute une littérature a menti sciemment. Au contraire, en 1963, dans le reportage « Vokrug da okolo » (Autour et alentour), Abramov trace un portrait sans fard d'un kolkhoz et de l'état catastrophique de la campagne, ce qui lui vaudra une avalanche de critiques. C'est à ce moment, peut-être, que se produit la coupure qui détachera Abramov de l'officialité. Il ne s'agit pas pour autant de voir un dissident dans cet écrivain : Abramov se situe dans cette zone imprécise où la remise en cause intérieure des dogmes ne se traduit pas par une rupture [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « ABRAMOV FEDOR ALEKSANDROVITCH - (1920-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fedor-aleksandrovitch-abramov/