ÉVOLUTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DANS LE MONDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution des collaborations internationales

Le caractère international des sciences facilite de manière générale les collaborations entre chercheurs. La forte spécialisation des scientifiques fait aussi en sorte qu’une recherche sur un sujet donné peut difficilement se faire en solo et demande la collaboration de nombreux chercheurs. Plus de 90 % des publications scientifiques ont d’ailleurs, en 2019, plus d’un auteur et 28 % sont signées par des auteurs provenant d’au moins deux pays. Le fait que certains domaines de recherche, comme la physique des particules, exigent des instruments coûteux, et donc peu nombreux, favorise également les collaborations à l’échelle internationale. La croissance des collaborations internationales est d’ailleurs régulière depuis les années 1970 et la proportion des articles écrits par des chercheurs d’au moins deux pays suit la même pente ascendante dans la plupart des pays à l’exception de la Corée du Sud, de la Chine, du Japon et de l’Inde. La France, par exemple, a vu la proportion de ses publications produites en collaboration internationale passer d’environ un tiers en 1997 à près de deux tiers vingt ans plus tard, soit une croissance plus rapide que celle de l’Allemagne et de l’Italie.

Évolution de la proportion des publications scientifiques en collaboration internationale

Dessin : Évolution de la proportion des publications scientifiques en collaboration internationale

Avant 1990, la collaboration entre chercheurs de pays différents était l'exception. Depuis cette date, la proportion des publications écrites en collaboration internationale a augmenté de manière régulière dans les pays d'Europe et d'Amérique, et de façon moins marquée dans les pays... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De façon générale, les pays les plus peuplés et les plus développés sur le plan économique ont plus de chance de trouver à l’intérieur de leurs frontières les collaborateurs potentiels, de telle sorte que moins le pays est important en termes de production scientifique, plus son taux de collaboration internationale tend à être élevé. Ainsi, des pays de moins de 100 millions d’habitants comme le Royaume-Uni, la France et le Canada ont des taux de collaboration internationale beaucoup plus élevés que celui des États-Unis ou de la Chine par exemple. Si l’on se place au niveau continental, on voit bien que les pays les moins équipés sur le plan scientifique sont ceux qui dépendent le plus de collaborateurs étrangers. Ainsi, en 2019, près des deux tiers des publications ayant au moins un auteur d’Afrique ou d’Océanie sont écrites en collaboration avec un ou des auteurs d’un autre continent. La forte attraction du continent américain fait qu’un peu plus de 40 % des publications émanant de ce continent sont écrites avec des collaborateurs d’au moins un autre continent, le plus fréquent étant l’Europe. À l’inverse, les pays d’Asie sont beaucoup moins enclins à collaborer, seulement un quart de leurs publications étant signées avec des chercheurs d’un autre continent.

Évolution du taux de collaboration intercontinentale

Dessin : Évolution du taux de collaboration intercontinentale

Le taux de collaboration internationale dans la recherche dépend de nombreux facteurs. La taille tout d'abord ; la Chine comme les États-Unis collaborent moins que des États plus petits. Ensuite, moins l'infrastructure scientifique est développée, plus les collaborations sont fréquentes,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Évolution du taux de collaboration intercontinentale

Dessin : Évolution du taux de collaboration intercontinentale

Le taux de collaboration internationale dans la recherche dépend de nombreux facteurs. La taille tout d'abord ; la Chine comme les États-Unis collaborent moins que des États plus petits. Ensuite, moins l'infrastructure scientifique est développée, plus les collaborations sont fréquentes,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pour les périodes 2000-2009 et 2010-2019, les liens asymétriques de collaboration scientifique entre continents se déplacent vers le continent asiatique. Ainsi, l’Afrique et l’Océanie ont accru leurs liens entre eux et avec l’Asie. Dans le cas de l’Afrique, cela s’est fait au détriment de l’Europe. Le fait que l’Europe pèse en gros le double de l’Amérique dans ses relations avec l’Afrique est bien sûr le reflet d’anciennes relations coloniales. La forte croissance des liens de l’Afrique avec l’Asie au cours des années 2010 suggère un déplacement des liens de dépendance de l’Europe vers la Chine. Le rôle de plus en plus important de l’Asie dans la décennie 2010-2019 est aussi visible dans le fait que l’Amérique a également accru ses liens avec ce continent au détriment de l’Europe, tout comme cette dernière a accru ses liens avec l’Asie au détriment de l’Amérique. Quant à l’Asie, elle n’a pas vraiment modifié ses liens avec l’Europe et l’Amérique au cours des deux premières décennies du xxie siècle, signe que ces deux continents demeurent centraux sur le plan scientifique. Elle a cependant accru ses liens de collaboration avec l’Afrique et l’Océanie.

Évolution de la distribution des collaborations intercontinentales entre 2000-2009 et 2010-2019

Tableau : Évolution de la distribution des collaborations intercontinentales entre 2000-2009 et 2010-2019

Les collaborations scientifiques intercontinentales changent avec le temps et les choix géopolitiques. Ainsi, durant la décennie 2000-2009, 29 % des collaborations internationales du continent africain se font avec l'Amérique et 15,4 % avec l'Asie. Au cours de la décennie suivante... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Réseaux de collaboration scientifique internationale

Dessin : Réseaux de collaboration scientifique internationale

Les réseaux de collaboration internationale des pays les plus producteurs de science ont évolué au cours des deux premières décennies du XXIe siècle (2000-2009 à gauche ; 2010-2019 à droite) et se sont étoffés : le nombre des échanges est matérialisé par l'épaisseur de la liaison... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La relative spécialisation disciplinaire des pays se reflète également dans les collaborations entre régions. On constate par exemple que les liens entre l’Amérique et l’Afrique sont beaucoup plus importants dans le domaine de la biologie et de la médecine clinique qu’en chimie, en physique, en recherches biomédicales ou même en mathématiques. En revanche, les liens entre l’Asie et l’Amérique sont faibles en médecine clinique, mais forts dans les sciences de l’ingénieur. Quant aux relations entre l’Europe et l’Amérique, elles sont plus uniformes entre les différents domaines de recherche, ce qui s’explique par un niveau de développement scientifique et des priorités de recherche comparables entre ces deux continents. Quant à l’Asie, elle collabore aussi avec l’Afrique surtout dans le domaine de la bio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Revues scientifiques

Revues scientifiques
Crédits : Riccardo Milani/ Hans Lucas/ AFP

photographie

Évolution du nombre de publications scientifiques par continent

Évolution du nombre de publications scientifiques par continent
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Évolution relative du nombre de publications scientifiques par continent

Évolution relative du nombre de publications scientifiques par continent
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Évolution du nombre de publications des principaux pays producteurs de science

Évolution du nombre de publications des principaux pays producteurs de science
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie des sciences, université du Québec à Montréal (Canada), directeur scientifique de l'Observatoire des sciences et des technologies (OST)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GINGRAS, « ÉVOLUTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DANS LE MONDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-recherche-scientifique-dans-le-monde/