SAVITZKAYA EUGÈNE (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'enfance en soi ne m'intéresse pas tellement, mais c'est la ferveur propre à l'enfance qui a une importance capitale », confie Eugène Savitzkaya, qui choisit presque toujours comme protagonistes de ses livres des enfants, cruels ou martyrs, diaboliques ou candides. Sous l'innocence de leurs jeux et gestes quotidiens — manger, courir, dormir, parler, voyager — se déploie une « ferveur » sauvage, dépourvue de toute culpabilité, et qui conduit ces enfants à tuer, à dévorer, à saccager. Ce qu'on peut appeler l'« univers » d'Eugène Savitzkaya se rapproche de celui des contes en ceci que la frayeur et l'horreur y sont sources de plaisirs délicieux.

Fils d'un russe et d'une polonaise immigrés en Belgique après la guerre, Eugène Savitzkaya est né à Liège. Après avoir abandonné très tôt ses études, il publie à dix-neuf ans un recueil de poésie, Les Lieux de la douleur (1974). Puis, après trois autres ouvrages de poésie — dont Mongolie, plaine sale —, paraît son premier roman, Mentir (1977, éd. de Minuit). Avec une duplicité très maîtrisée, Savitzkaya avoue autant qu'il masque les sentiments d'amour et de haine d'un fils pour sa mère. Tragédie et comédie, réalités et mensonges se mêlent, et, à la fin, les mots seuls semblent constituer une vérité durable, une certitude. Dans Un jeune homme trop gros (1978), Savitzkaya écrit une biographie fictive d'Elvis Presley, qu'il transforme en véritable héros de légende, ne retenant de sa vie que des emblèmes : l'argent, la gloire, la boulimie, la puérilité. Très vite, la description volontairement neutre de Savitzkaya inquiète, et la vie qu'il relate apparaît comme une fantasmagorie monstrueuse, l'aveu honteux d'un rêve d'enfant. La Traversée de l'Afrique (1979) met également en scène un rêve propre à l'enfance, celui du voyage vers un pays lointain, un ailleurs imaginaire. « De nombreux livres nous y avaient préparés. Nous nous étions entraînés dans les bois et les champs, en secret, à la nuit tombée, et avions fait abstinence, nous privant même des oiseaux dont nous raffolions. Nous étions prêts et pourtant nous fûmes vaincus. Et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAVITZKAYA EUGÈNE (1955- )  » est également traité dans :

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faute d'un soi, la belgitude ?  »  : […] Fruit de décennies de dénégation, ce malaise éprouvé autant avec soi-même qu'avec l'histoire est renforcé par le jeu ambigu d'une institution littéraire qui cultive à la fois le « ghetto » et la fusion mythique avec la France. On en aperçoit toutes les conséquences contradictoires lorsque l'émergence d'une nouvelle génération littéraire coïncide avec une restructuration de l'État belge qui contra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-lettres-francaises/#i_92846

Pour citer l’article

François POIRIÉ, « SAVITZKAYA EUGÈNE (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-savitzkaya/