KANTOROWICZ ERNST (1895-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelle patrie d'érudition

Le climat politique oppressant le pousse à accepter une invitation du New College de l'université d'Oxford, où il se rend de la fin janvier à la mi-juillet 1934, pour travailler sur différents thèmes, qui seront pour certains d'entre eux publiés (Petrus de Vinea en Angleterre) ou repris par la suite (chapitres de son livre sur les Laudes regiae). En octobre 1934, il démissionne de son poste à Francfort pour ne pas prêter le serment de fidélité au Führer. Malgré la détérioration de la situation et l'adoption des lois antisémites, Kantorowicz est réticent à l'idée de quitter l'Allemagne et ce n'est qu'après la Nuit de cristal, du 9 au 10 novembre 1938, qu'il choisit de fuir plutôt que de se cacher, d'abord à Oxford, puis à New York et de là à Berkeley, en Californie, où la célèbre université lui avait offert une chaire d'histoire médiévale. S'ouvre alors pour lui une période de labeur intense mais serein, si bien qu'à la fin de la guerre, en dépit d'une invitation avec tous les honneurs, il décide de ne pas retourner à Francfort.

Pendant les douze années qu'il passe en Californie, il se lie à de nombreux savants, parmi lesquels le juriste et essayiste Max Radin, et forme de brillants élèves. Il publie les Laudes regiae, une monographie sur la liturgie royale au Moyen Âge. Il écrit aussi une série d'articles denses et vigoureux dont les célèbres Pro Patria mori (Mourir pour la patrie) et Christus-fiscus. Mais l'ère du maccarthysme met brutalement fin à ce climat de libre recherche. En avril 1950, les personnels attachés à l'université de Californie furent priés de témoigner de leur anticommunisme par un « serment de loyauté », condition indispensable pour conserver leur poste. Kantorowicz, se souvenant du précédent nazi, refusa à nouveau catégoriquement de prêter serment et écrivit un vibrant pamphlet contre cette mesure, The Fundamental Issue, qu'il fit publier à ses frais en mai 1950.

Cette expérience californienne terminée, Kantorowicz, après un bref passage au fameux centre d'études byzantines de Dumbarton Oaks à Washington, s'installe dé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : chercheur d'histoire du droit médiéval et moderne à l'iniversité de Sienne, faculté de droit

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Paola MAFFEI, « KANTOROWICZ ERNST - (1895-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-kantorowicz/