BONAPARTE ÉLISA (1777-1820) princesse de Lucques et de Piombino (1805) grande-duchesse de Toscane (1809)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grâce à une bourse, Élisa fait son éducation à la maison royale de Saint-Cyr, de 1784 à 1792. En 1797, elle épouse un capitaine corse, Félix Bacciochi, homme d'une parfaite nullité (bien que membre de la famille impériale, il n'atteindra le grade de général de division que péniblement en 1809), mais qui aura la bonne grâce de n'encombrer jamais ni la vie privée ni l'activité gouvernementale de son épouse. À Paris, sous le Consulat, Élisa fait de son salon le rendez-vous des beaux esprits de toute tendance ; Fontanes est alors un de ses amants et elle encourage la restauration du catholicisme, mais elle se garde de rompre avec les libéraux et les idéologues. Ce n'est pas un esprit de grande envergure, mais c'est une bonne tête, lucide, ferme et active ; de toute la famille, elle est celle qui ressemble le plus par certains côtés intellectuels à Napoléon (elle s'en flatte et aime à se l'entendre dire), mais en modèle réduit ; elle gouverne avec dextérité les principautés et départements qui lui sont confiés, mais plus en préfet qu'en souveraine ; elle n'aura jamais aucun conflit d'autorité avec l'empereur.

—  Jean MASSIN

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « BONAPARTE ÉLISA (1777-1820) princesse de Lucques et de Piombino (1805) grande-duchesse de Toscane (1809) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisa-bonaparte/