MUIR EDWIN (1887-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des voix écossaises les plus connues de la poésie moderne, avec Hugh MacDiarmid (quoique moins nationaliste que lui). Muir ne fut pas seulement poète, mais romancier, critique, traducteur, avec sa femme Willa Muir, de Kafka essentiellement. Il occupa des postes officiels au British Council, à Édimbourg, à Prague et à Rome et il fut également professeur à Harvard. C'est un poète discret, traditionaliste au meilleur sens du terme, qui semble avoir retrouvé son équilibre personnel et poétique lorsqu'il réussit à s'arracher à la terre natale de son enfance et à l'enfer des taudis de Glasgow. Laissant affleurer images et archétypes, c'est un poète des éléments chez lequel collines et montagnes, l'île et la pierre et l'arbre sont symboles de durée et finalement sources de vie et de paix, lorsque est surmonté le vertige du temps. Les titres importants de son œuvre poétique sont : Variations on a Time Theme (1934), Journeys and Places (1937), The Narrow Place (1943), The Voyage (1946), The Labyrinth (1949), New Poems (1951), One Foot in Eden (1956), et Collected Poems, 1921-1958 (1960).

—  Louis BONNEROT

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « MUIR EDWIN - (1887-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-muir/