MENDOZA EDUARDO (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain espagnol, Eduardo Mendoza est considéré comme l'un des chefs de file des romanciers de sa génération. La plupart de ses œuvres, mêlant avec brio la parodie et l'histoire, se situent à Barcelone, où il est né le 11 janvier 1943. La Vérité sur le cas Savolta (La Verdad sobre el caso Savolta, 1975) est le récit d'une enquête policière dans la Barcelone des années 1917-1919. Mendoza brosse une brillante fresque d'une ville en effervescence, où fêtes mondaines et vie nocturne, grèves ouvrières et attentats anarchistes, crimes et contrebande d'armes se donnent libre cours. D'inquiétants personnages se détachent de cette foule bigarrée : le protagoniste, Javier Miranda, au service d'un grand patron P.-A. Lepprince, à la moralité douteuse ; des capitaines d'industrie ; des aventuriers ; de doux rêveurs ; un commissaire obstiné ; un mendiant visionnaire ; des comédiens ; une acrobate gitane ; un avocat véreux ; des arrivistes de tous bords. L'ensemble est évoqué à bâtons rompus, dans le mélange étourdissant des genres littéraires, du roman picaresque ou du roman noir au roman de chevalerie, du roman feuilleton au roman historique.

Le Mystère de la crypte ensorcelée (El Misterio de la cripta embrujada, 1979) et Le Labyrinthe aux olives (El Laberinto de los olivos, 1982), deux romans policiers parodiques, avec toujours Barcelone pour décor, poursuivent avec un humour caustique la critique de la société contemporaine. La folie du narrateur, un détective occasionnel, et la structure des deux histoires rocambolesques contribuent à créer un climat inquiétant de cauchemar éveillé.

Paru la même année qu'un livre-guide sur New York, La Ville des prodiges (La Ciudad de los prodigios, 1986) remporte un grand succès. Cette chronique époustouflante de Barcelone, entre les deux Expositions internationales (1888 et 1929) qui y eurent lieu, évoque l'ascension prodigieuse d'un paysan, Onofre Bouvilla, sorti de sa campagne, pour venir à la ville y distribuer des tracts anarchistes sur les chantiers ou y vendre une lotion miraculeuse pour crânes chauves. Il exercera bien d'autres méti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  MENDOZA EDUARDO (1943- )  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'hybridité créatrice »  : […] Au cœur des années 2000 et au début des années 2010, les lettres hispaniques semblent assumer plus que jamais une certaine forme d'hybridité créatrice, jouant sur la porosité et la variété des genres, l'instabilité et l'éclatement de l'instance narrative, et adoptant très souvent le ton du pastiche et de la parodie ; elles réaffirment et prolongent en quelque sorte des tendances propres à cette éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_70144

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « MENDOZA EDUARDO (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduardo-mendoza/