Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCONOMIE MONDIALE 2017 : expansion, inégalités, fragilités

États-Unis : de bonnes performances économiques, des incertitudes politiques

Les États-Unis ont été marqués par des conditions financières favorables mais aussi par une incertitude sur la politique économique.

La croissance de l’économie américaine, qui avait connu un fléchissement en 2016 à 1,5 p. 100 (après 2,4 p. 100 en 2014 et 2,6 p. 100 en 2015), enregistre un bond en 2017 la plaçant à nouveau au-dessus des 2 points (2,2 p. 100). Outre les bonnes conditions financières, les raisons de cette croissance se trouvent dans un rôle moteur de la dépense publique, une sensible dépréciation du dollar (de l’ordre de 10 p. 100 par rapport à l’euro) et un cercle vertueux sur le marché de l’emploi. Le flux mensuel moyen de créations d’emploi se situe toujours au-dessus de 150 000, faisant tomber le taux de chômage à un niveau jamais atteint depuis dix-sept ans (à peine supérieur à 4 p. 100), ce qui nourrit la demande domestique ; l’effet de ce faible chômage sur le niveau des salaires se fait encore relativement peu sentir.

Au mois de septembre, la Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé de poursuivre la remise en cause de la politique accommodante mise en œuvre à partir de 2008. Depuis la fin de 2015, elle a procédé progressivement à des hausses de taux aboutissant en juin 2017 à une fourchette comprise entre 1 et 1,25 p. 100 ; cette politique de prix se double d’une politique de quantité visant à réduire l’énorme volume d’actifs du bilan, passés de 900 à 4 200 milliards après la crise financière. De façon paradoxale, cette politique visant à normaliser la politique monétaire est instituée alors qu’aucune menace inflationniste ne pèse sur l’économie américaine.

Le niveau exceptionnel des marchés financiers – l’indice boursier Dow Jones a progressé de + 25 p. 100 en 2017 – reflète les performances de l’économie américaine en termes de croissance, d’emploi et de chômage, mais semble sous-estimer les risques de bulles immobilières (les prix des logements ont atteint des niveaux supérieurs à ceux de 2007) et financières (excès d’endettement), de même que les risques géopolitiques de la politique imprévisible et dangereuse du président Trump. Les promesses de baisse massive d’impôts pourraient, si elles étaient réalisées dans un contexte de croissance et de faible taux de chômage, avoir des effets réels faibles mais gonfler la dette publique et la demande, ce qui pourrait provoquer une hausse des taux d’intérêt de la part de la Réserve fédérale.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Économie mondiale (2017) : croissance du PIB

Économie mondiale (2017) : croissance du PIB

Économie mondiale (2017) : part de la production mondiale et de la population mondiale par groupes de pays

Économie mondiale (2017) : part de la production mondiale et de la population mondiale par groupes de pays

Économie mondiale (2017) : balance des paiements

Économie mondiale (2017) : balance des paiements

Voir aussi