ROBLES DAYRON (1986- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 21 août 2008, le « nid d'oiseau » de Pékin devait s'enflammer pour célébrer l'icône athlétique chinoise, Liu Xiang, censé offrir à 1,3 milliard de Chinois le titre olympique du 110 mètres haies. Le scénario fut tout autre. Liu Xiang, blessé, déclara forfait dès les séries, et la médaille d'or revint au Cubain Dayron Robles. Le public ovationna pourtant ce dernier. Cette victoire était en effet on ne peut plus méritée : déjà recordman du monde, Robles est venu quérir le titre de belle manière.

Dayron Robles est né le 19 novembre 1986 à Guantanamo. Après s'être essayé à divers sports (basket-ball, judo, taekwondo...), il découvre l'athlétisme en 1998. Robles va rapidement devenir le « produit » d'une île communiste qui, traditionnellement, investit de l'argent dans le premier des sports olympiques. Il est repéré lors des championnats nationaux à La Havane par Santiago Antuñez, patron de l'école cubaine des haies, qui lui propose de gagner la capitale pour s'entraîner dans son groupe, lequel compte déjà Anier Garcia, champion olympique en 2000 et médaillé de bronze en 2004, qui va devenir une sorte de tuteur pour le jeune garçon. Le coach prend en main un athlète à la puissance peu ordinaire, acquise en pratiquant le saut en hauteur. Restait à convertir cette force sur les haies, une discipline qui demande rythme et élasticité musculaire. Cette puissance va notamment permettre à Robles d'être le seul hurdler capable d'attaquer le premier obstacle en sept foulées (contre huit pour tous ses concurrents).

Les progrès sont rapides. On le découvre en 2006, à l'occasion des Championnats du monde en salle de Moscou : il obtient la médaille d'argent du 60 mètres haies (7,46 s), devancé de peu par l'Américain Terrence Trammell (7,43 s). À moins de vingt ans, il s'affirme comme un champion en devenir. Néanmoins, en 2007, il subit un échec lors des Championnats du monde d'Ōsaka : il gère mal la pression liée à l'événement et ne prend que la quatrième place de l'épreuve remportée par Liu Xiang. Durant l'hiver de 2008, il connaît une nouvelle désillusion : favori du 60 mètres haies des Championnats du monde en salle de Valence, il croit à un faux départ, et est éliminé. La pression, une nouvelle fois ?

Le 12 juin 2008, à Ostrava, Dayron Robles bat le record du monde du 110 mètres haies (12,87 s) de Liu Xiang (12,88 s). Dès lors, il se présente au moins en rival direct du Chinois pour le titre olympique. La suite est connue : le duel n'aura pas lieu. Néanmoins, une question se posait encore : ce jeune champion parviendrait-il à gérer enfin son stress le jour J. La réponse fut nette : un départ parfait, une course limpide, Robles devient champion olympique (12,93 s), loin devant les Américains David Payne (13,17 s) et David Oliver (13,18 s). Dans la grande tradition cubaine, il dédie son titre à Fidel Castro...

En 2009, blessé, il abandonne en demi-finale des Championnats du monde de Berlin. Au début de 2010, il remporte le 60 mètres haies aux Championnats du monde en salle de Doha, mais la suite de sa saison est perturbée par des blessures. En 2011, lors des Championnats du monde de Daegu, il connaît une cruelle désillusion : il franchit en vainqueur la ligne d’arrivée du 110 mètres haies, mais il se voit disqualifié pour avoir retenu la main du Chinois Liu Xiang.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ROBLES DAYRON (1986- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dayron-robles/