BENSAÏD DANIEL (1946-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Daniel Bensaïd eut plusieurs vies, chacune recomposant l'autre, en la continuant. Né le 25 mars 1946 à Toulouse, il est mort le 12 janvier 2010 à Paris. Philosophe militant révolutionnaire, théoricien du mouvement trotskiste, il est l'une des rares incarnations du soixante-huitard resté fidèle à ce qu'il défendait alors. Dissident de l'Union des étudiants communistes, solidaire de l'« opposition de gauche » antistalinienne exclue en 1965, il fonde en 1966 la Jeunesse communiste révolutionnaire avec Alain Krivine, le mouvement du 22 mars en 1968, la Ligue communiste en 1969.

Lorsque celle-ci est dissoute, en juin 1973, il se réfugie chez Marguerite Duras pour éviter son arrestation. Il devient ensuite l'un des principaux dirigeants de la Ligue communiste révolutionnaire, L.C.R., créée en 1974, et anime la IVe Internationale. Bensaïd voit alors dans les événements de mai 1968 une répétition générale qui lui font croire en « l'actualité de la révolution ». Le léniniste pressé juge que « l'histoire nous mord la nuque ». Révolutionnaire professionnel, il est de toutes les tâches : lancement du quotidien Rouge en 1975, stages de formation de la L.C.R., service d'ordre, bureau politique, agit-prop internationale. Le philosophe normalien, enseignant à Paris-VIII, ne s'enferma jamais dans sa « tour d'ivoire » ni ne fut « chef de parti ». Bensaïd avait grandi dans le café familial, au Bar des Amis, tapis de carte et Cinzano, route de Narbonne, au milieu des ouvriers espagnols souvent réfugiés politiques. De sa mère, ouvrière modiste, contrainte de faire des ménages pour compléter son minimum retraite, et de son père, tôt disparu, un temps boxeur, juif venu d'Oran, il avait hérité un sens aigu de l'appartenance de classe, une combativité inlassable, et cette « loyauté envers les inconnus » qu'il partageait avec Dionys Mascolo (1916-1997). Il abhorrait le « cortège triomphal des vainqueurs », dénoncé par Walter Benjamin.

Ses condisciples à Normale Sup cumulaient les honneurs académiques, pendant que les « ex de 68 » se convertissaient au m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Willy PELLETIER, « BENSAÏD DANIEL - (1946-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-bensaid/