CONSOMMATION RESPONSABLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plutôt consensuelle dans ses finalités, la notion de développement durable semble s'être installée en France comme dans la plupart des économies développées. Via l'exigence de responsabilité sociale des entreprises – qui recouvre à la fois la prise en compte de leurs impacts sociaux ou environnementaux et la question de la gouvernance – elle traduit un nouveau regard de la société sur l'économie. Mais si ces attentes, notamment relayées par les médias, sont exprimées par les salariés, les O.N.G. ou les riverains, qu'en est-il du « consommateur » ?

La tradition américaine de consommateurs organisés et parfois militants trouve son écho au Royaume-Uni dans certains domaines, l'Europe du Nord ou la Suisse exprimant de leur côté des comportements sensibles à une consommation alternative (verte ou solidaire). En France, de nombreuses enquêtes et études, qu'il s'agisse de recherches sociologiques ou d'approches marketing, témoignent d'une évolution significative. Quelques ordres de grandeur la résument : environ un Français sur quatre prend la nationalité en considération pour choisir une marque ; ceux qui cherchent à concilier consommation, respect de l'environnement et équité sociale forment de un cinquième à un quart de la population ; plus d'un tiers est prêt à acheter des produits issus du commerce équitable, même s'ils sont plus chers (enquête T.N.S. Sofres, juin 2004). Cette dynamique recouvre quatre approches complémentaires : les achats respectueux de l'environnement ou « achats verts » ; les achats solidaires, correspondant à des produits fabriqués dans des conditions de solidarité (insertion, populations spécifiques) ou dont une partie du prix finance la solidarité ; la consommation éthique, qui fait référence à la responsabilité sociale de ceux qui produisent (notamment le respect des normes de l'O.I.T.) ; le commerce équitable, garantissant un revenu décent aux producteurs.

Bien sûr ces évolutions concernent pour l'essentiel des catégories plutôt aisées, mais différents spécialistes du marketing constatent non sans surprise que ces nouveaux critères se diffusent aussi dans les catégories de consommateurs aux revenus plus modestes.

À ces évolutions, qui concernent pour l'instant davantage les intentions que les comportements, s'ajoute une attitude nouvelle des associations de consommateurs. Ainsi, U.F.C. Que Choisir utilise de plus en plus l'arme juridique pour obtenir une modification de certaines pratiques commerciales.

Les grandes marques de ces différents secteurs sont bien évidemment très sensibles à leur image dans l'opinion des consommateurs. Ces actions des représentants des consommateurs ou celles des O.N.G., dans le domaine de la protection de l'environnement ou des droits de l'homme au travail dans les pays en développement, contribuent directement à pousser les entreprises concernées vers des démarches de « responsabilité sociétale ». Elles engagent ainsi des programmes pour changer certaines de leurs pratiques, souvent après une phase de dénégation ou de pure communication. Les campagnes menées par Greenpeace pour la protection des forêts anciennes et l'importation de bois tropical certifié F.S.C. (prélevé dans des conditions qui ne mettent pas en péril leur existence) ont, par exemple, conduit deux grandes marques à modifier leurs systèmes d'approvisionnement. Parallèlement, la dynamique que connaît le commerce équitable depuis ces dernières années n'a pas échappé aux responsables de la grande distribution. Certaines enseignes communiquent désormais largement sur ce type de produits, mais sans nécessairement modifier leurs pratiques sur le reste de leur offre.

De fait, plus encore pour les produits responsables que pour le commerce équitable, une assez grande timidité prédomine en matière de marketing, les marques ou les distributeurs ayant aussi parfois été confrontés à des déconvenues après des initiatives qui n'ont pas rencontré de demande du côté des consommateurs.

Au-delà de l'évolution de leur sensibilité à ces questions, ceux-ci ne disposent que de très peu d'informations objectives ou de points de repères pour mettre en œuvre une consommation responsable. Certes, un acteur comme l'association « consodurable » a mis en place un site Internet soutenu par les pouvoirs publics, qui vise précisément à mettre en relation entreprises et consommateurs sur ce nouveau terrain. Des labels officiels (l'écolabel fr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONSOMMATION RESPONSABLE  » est également traité dans :

CONSOMMATION - Droit de la consommation

  • Écrit par 
  • Gaëlle PATETTA
  •  • 5 466 mots

Dans le chapitre « Naissance du droit de la consommation »  : […] L'idée selon laquelle il faut protéger l'acheteur est ancienne. En France notamment, la loi du 1 er  août 1905 sur les fraudes et falsifications en matière de produits et de services, et ses multiples textes d'application, sanctionnent depuis le début du xx e  siècle les fraudes dans les ventes de marchandises. C'est cependant l'évolution économique intervenue au cours du xx e  siècle et l'avène […] Lire la suite

Les derniers événements

10 septembre 2009 France. Annonce de l'instauration de la taxe carbone

L'objectif est de réduire la consommation des énergies fossiles, le dioxyde de carbone étant responsable du réchauffement climatique. Pour les ménages, le montant de cette taxe sera compensé soit par une réduction d'impôt sur le revenu, soit par un chèque vert pour les ménages non imposables. Les écologistes se déclarent déçus par la timidité de la réforme – les experts préconisaient une taxe de 32 euros pour que le dispositif soit efficace. […] Lire la suite

7 septembre 2005 Irak – O.N.U. Publication du rapport sur les détournements du programme « pétrole contre nourriture »

Jugé responsable d'« erreurs de gestion substantielles », mais pas coupable de manquement à l'éthique ni de corruption, le secrétaire général de l'O.N.U. Kofi Annan, dont le fils est impliqué dans le scandale, « accepte [la] critique » et exprime des regrets.  […] Lire la suite

6-19 février 1997 Union européenne. Conclusion de la commission d'enquête sur la crise de la « vache folle »

La crise de la « vache folle » a éclaté en mars 1996 à la suite des révélations sur la possible transmission à l'homme de l'agent responsable de l'encéphalopathie spongiforme bovine (E.S.B.). La commission d'enquête ne préconise toutefois pas de motion de censure à l'encontre de la Commission européenne. Le 12, la Commission de Bruxelles annonce que le contrôle de l'hygiène alimentaire ne doit plus être du ressort de la direction de l'Agriculture mais doit relever de la direction chargée de la Consommation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre SICARD, « CONSOMMATION RESPONSABLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/consommation-responsable/