VIVIER COLETTE (1898-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née dans un milieu bourgeois et épouse d'un universitaire, ayant toujours vécu dans l'intelligentsia parisienne, cette femme modeste, mais volontaire et autonome, a été nourrie de lectures européennes et d'amitiés qui, pour être littéraires, n'en étaient pas moins profondes. Si elle a reçu dans son appartement comble de livres, en compagnie de son mari d'abord, puis seule pendant un long veuvage, et jusqu'à sa mort, les humanistes, les surréalistes, René Crevel et Pierre Jean Jouve, puis de jeunes chercheurs plus familiers qu'elle de la haute poésie, elle avait son jardin secret et son expression propre aux antipodes des préoccupations de son milieu.

Colette Vivier, de son vrai nom Colette Lejeune, écrivit une dizaine de livres, tous pour les enfants. Sa littérature, essentiellement réaliste, se fonde sur une démarche singulière qui balaye – et à l'époque ce n'était pas rien –, tous les poncifs du genre. Le dépaysement par l'aventure et par la féerie n'est pas son affaire. Elle se dépayse elle-même en enracinant son lecteur dans l'univers enfantin, mais sans y mettre de complaisance, sans la nostalgie du château perdu. Fascinée par l'enfance, comme tous ceux de sa génération, elle en retrouve le miracle par une vision proprement sociologique. Fille de la bourgeoisie, mais d'une bourgeoisie ouverte et évoluée qui préfère envoyer ses enfants à la communale que dans des « cours privés » ou des pensionnats religieux, elle fréquenta donc la communale dans le quartier des Batignolles. L'école et les petites filles de familles ouvrières, ses compagnes, furent alors et restèrent sa « fête étrange ». Là, l'enfance prenait toute sa densité et la jeune demoiselle de l'appartement cossu, conviée à manger dans la cuisine, sur la toile cirée, attrapant au vol des conversations entre voisines, percevant ainsi les antagonismes de classe à l'intérieur de la petite bourgeoisie, est devenue un remarquable écrivain de l'observation. Servie par l'intelligence de l'écriture, elle a capté ce qui fait l'essentiel de ces vies si nombreuses, si pareilles et si diversifiées : l'importance de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chargée de cours à l'université de Paris-VII et à l'École nationale supérieure des bibliothécaires, directrice de collection

Classification

Pour citer l’article

Isabelle JAN, « VIVIER COLETTE - (1898-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colette-vivier/