CHIMIE PRÉBIOTIQUE, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le numéro daté du 15 mai 1953 de la revue scientifique américaine Science, Stanley L. Miller, doctorant de Harold Urey à l'université de Chicago, relatait le résultat d'une expérience imaginée pour simuler les phases initiales de l'évolution chimique terrestre. L'idée d'une évolution chimique aboutissant à des molécules biologiques à partir de composés simples avait été esquissée par Charles Darwin dans la lettre qu'il écrivait au botaniste Joseph Dalton Hooker en 1871. Le concept d'évolution chimique fut développé en 1924 par Alexandre Oparin. Ce dernier émit l'hypothèse que les molécules organiques réduites utilisées par les premiers systèmes vivants furent élaborées dans l'atmosphère primitive à partir de méthane, une forme simple du carbone. Trente ans plus tard, Stanley Miller vérifia ce concept : il obtint quatre acides aminés protéiques en soumettant un mélange gazeux de méthane, d'hydrogène, d'ammoniac et d'eau à des décharges électriques. Il identifia également l'acide cyanhydrique et le formaldéhyde qui permettent d'accéder à de nombreuses briques du vivant dans des conditions simples. Par cette expérience remarquable, Stanley Miller démontrait la continuité entre la chimie organique du carbone et les briques du vivant, inaugurant ainsi la chimie prébiotique en tubes à essais.

—  André BRACK

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André BRACK, « CHIMIE PRÉBIOTIQUE, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-prebiotique-en-bref/