ZAYED CHEIKH (1918-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Abu Dhabi en 1918, Cheikh Zayed ben Sultan al-Nahyan a présidé aux destinées des Émirats arabes unis pendant plus de trente ans, jusqu'à son décès le 2 novembre 2004. Ce chef tribal de la péninsule Arabique, dont le pétrole fit l'un des hommes les plus fortunés du monde, fut un monarque omniprésent dans l'iconographie de son pays, un chef d'État respecté dans le monde arabe pour sa fidélité aux valeurs ancestrales et estimé par la communauté internationale pour sa modération.

Avec Zayed disparaît l'ultime représentant d'une génération de souverains arabes empreints des valeurs et des codes du monde bédouin, mélange subtil de loyauté et de ruse, alliance étrange de courtoisie et de violence. S'il fréquenta l'école coranique entre sept et neuf ans, il fit ses apprentissages dans le désert. Il resta toute sa vie grand amateur de chevaux et de chameaux, passionné de chasse et de fauconnerie. Portant le costume traditionnel, Zayed en imposait par sa haute stature, son allure décidée, ses traits énergiques, son regard impérieux tempéré par un sourire chaleureux. Fin politique, il conjugua avec habileté, autorité et popularité dans le cadre d'un régime népotique à légitimité tribale.

Issu d'une puissante tribu originaire d'Arabie centrale, les Bani Yas, petit-fils de Zayed ben Khalifa, dit Zayed le Grand, qui régna à Abu Dhabi de 1855 à 1909, Zayed ben Sultan est le benjamin des quatre fils de Sultan ben Zayed. Ce dernier, qui avait succédé à son père comme émir d'Abu Dhabi, fut poignardé en 1926 par son propre frère, Saqr, qui s'empara du pouvoir avant d'être assassiné à son tour en 1928. Le frère aîné de Zayed, Shakbout, fut désigné comme émir.

Nommé gouverneur d'El Aïn, aux confins orientaux de l'émirat, Zayed administra ce groupe d'oasis avec efficacité, améliorant les systèmes d'irrigation, construisant un marché. L'explorateur Wilfred Thesiger ou l'archéologue Geoffrey Bibby attestent de la forte personnalité et de la vive curiosité du jeune Zayed, en qui le capitaine de la garnison britannique voyait le caractère le mieux trempé de la Trucial Coast (États de la Trêve, anciennement appelés Côte des Pirates), protectorat britannique dont l'émirat d'Abu Dhabi faisait alors partie.

En 1962, le début de l'exploitation pétrolière marque un tournant majeur. La réticence au changement de Shakbout, source pour lui d'impopularité croissante, aboutit à son retrait « volontaire » au profit de son frère, soutenu par l'entourage familial et appuyé par les Britanniques. Dès son accession au pouvoir, le 6 août 1966, Zayed s'emploie à faire rimer conservatisme politique et social avec modernisation technique et économique. S'il reçoit les conseillers étrangers et les experts internationaux qui affluent dans ce désert passé de l'extrême dénuement à l'opulence surabondante, Zayed ne se sépare ni de ses amis fidèles, ni de ses hommes de confiance indiens, pakistanais ou persans. Il prend aussi garde à ne pas se couper de son peuple.

Les États de la Trêve accèdent à l'indépendance en 1971. Dirigeant l'émirat le plus étendu, le plus peuplé et surtout le plus riche de la Fédération nouvellement créée, Zayed devient le président des Émirats arabes unis, dans le cadre formel d'une monarchie constitutionnelle sans Parlement élu, ni partis politiques. Il joue un grand rôle dans le renforcement de la Fédération face aux tendances centrifuges de certains de ses membres, officie comme médiateur dans des conflits locaux ou régionaux, et récuse le fanatisme religieux tout en se réclamant du Coran. Contrairement aux craintes de certains observateurs, la succession ne déclencha pas d'affrontements entre les nombreux fils de ce monarque polygame. Le prince héritier Cheikh Khalifa ben Zayed lui a succédé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Brigitte DUMORTIER, « ZAYED CHEIKH - (1918-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cheikh-zayed/