ZAFÓN CARLOS RUIZ (1964-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Barcelone le 25 septembre 1964, Carlos Ruiz Zafón, après des études chez les jésuites, a travaillé dans une agence littéraire. Installé à Los Angeles à partir de 1993, il écrit des scénarios, auxquels son écriture emprunte divers procédés. Ses premières œuvres sont destinées à la jeunesse : La Trilogía de la Niebla (El príncipe de la Niebla, 1993 ; El palacio de medianoche, 1994 ; Las luces de septiembre, 1995) et Marina (1999).

En 2001, Zafón publie un roman pour adultes, La sombra del viento (L'Ombre du vent, 2004), premier volume d’une tétralogie, Le Cimetière des livres oubliés, qui se poursuit avec El juego del Ángel, 2008 (Le Jeu de l'ange, 2009), El prisionero del cielo (2011, Le Prisonnier du ciel, 2012), et El laberinto de los espíritus (2016, Le Labyrinthe des esprits, 2018). Le public a manifesté un fort engouement pour ces romans, au point que l'on a pu parler de « zafónmanía ».

Dans Le Labyrinthe des esprits, le libraire Sempere propose à son fils Daniel de choisir, dans le « Cimetière des livres oubliés », un livre qu'il conservera toute sa vie. La recherche de l'auteur de cet ouvrage énigmatique, intitulé L'Ombre du vent, bouleversera la vie du garçon. Ce roman-fleuve, où les événements s'entremêlent dans une atmosphère fantastique sur fond de guerre civile et de franquisme, fut un best-seller mondial.

L'intrigue du Jeu de l'ange se déroule quant à elle de 1917 à 1930, alors que le roman précédent débutait en 1945. David Martín rêve de devenir écrivain. Employé d'une feuille de chou, La Voz de la industria, il remplace au pied levé un feuilletoniste dominical. Mais ses « Mystères de Barcelone » déplaisent à certains lecteurs. Licencié de ce journal conservateur, le voici entraîné par deux éditeurs sans scrupules dans le rythme démentiel d'une production littéraire mensuelle rédigée sous pseudonyme ; David tombe malade. Les Pas du ciel, le roman qu’il écrit sous son nom, est un échec. Une rencontre va transformer son destin. Le voilà embauché par un étrange personnage, Andreas Corelli, « pour écrire un livre tel qu'on n'en a jamais écrit : un texte fondateur, une sorte de nouvelle Bible où toutes les questions qui taraudent le sujet humain trouveront leurs réponses : la certitude de la mort, le mystère des origines, le sens de notre propre vie ou son absence de sens ». Pour « cette entreprise extravagante », inventer une nouvelle religion, l'éditeur assurera à l'auteur « un salaire de régent d'un royaume ». David Martín accepte ce pacte démoniaque qui, s'il lui vaudra une fortune considérable, fera basculer son existence et l’entraînera dans un monde où rêve et réalité s’entremêlent.

Carlos Ruiz Zafón a su marier habilement les ambiances propres au roman gothique et au roman noir américain. Une intrigue haletante, quelque peu embrouillée et non dénuée de longueurs, des dialogues bien enlevés et pleins d'humour caractérisent la suite romanesque imaginée par Zafón. Le style alerte et sémillant allie sans complexes poncifs, pastiches, clichés romantiques, répétitions, exploration des bas-fonds de Barcelone, séances de spiritisme, rebondissements, suspenses, caricatures, extravagances, descriptions pittoresques : tous les ingrédients des feuilletons ou des romans populaires. Cela sur un ton froid et objectif qui contraste avec une intrigue inattendue alliant le réalisme banal ou cocasse et l'intrigue passionnelle. Dans un climat angoissant de tragédie de crimes et de mystère, l’écrivain mêle savamment mystère, ésotérisme et érotisme. L'évocation de nombreux auteurs (notamment Dickens) ou d'ouvrages célèbres révèle la culture de l'auteur et son profond amour de la littérature.

Carlos Ruiz Zafón meurt à Los Angeles le 19 juin 2020.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « ZAFÓN CARLOS RUIZ - (1964-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-ruiz-zafon/