CANTINFLAS MARIO MORENO dit (1911-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'acteur Cantinflas, de son vrai nom Mario Moreno, est mort à Mexico le 20 avril 1993, à quatre-vingt-un ans. Il fut, au Mexique, une sorte de monument national, et la vedette d'une cinquantaine de films. Il joua également le rôle de Passepartout, au côté de David Niven, dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours, réalisé en 1956 par Michael Anderson, et fut Pepe, dans le film homonyme de George Sidney (1960). Idole consacrée de l'« âge d'or » – les années quarante du cinéma mexicain, qui furent marquées aussi par les vedettes féminines Dolores del Rio et Maria Felix –, il refléta le meilleur (entre 1936 et 1941-1942) et le pire du cinéma populaire mexicain. Entre son premier film (No te engañes, corazón, de Miguel Contreras Torres, 1936) et son dernier (El Barrendero, de Miguel M. Delgado, 1981), il n'aura cessé d'être la vedette par excellence d'un certain cinéma comique.

Il fut consacré par trois films de bonne facture : Así es mi tierra, Aguila o sol, d'Arcadi Boytler, et surtout Ahí está el detalle (1941) de l'un des deux réalisateurs (avec Fernando Fuentes) les plus intéressants des années 1935-1945, Juan Bustillo Oro. Devenu mondialement célèbre, Cantinflas joua encore dans Ni sangre, ni arena, sous la direction de l'estimable Alejandro Galindo (1941). Devenu un monstre sacré tyrannique, il abandonne le personnage du gueux mettant à mal les conventions bourgeoises pour interpréter des personnages censés représenter le peuple en ses divers avatars : gendarmes (El Gendarme desconocido, 1941), gens du cirque (El Circo, 1942), pompiers (El Bombero atómico, 1950). Dans la suite de sa carrière, il s'attache le docile réalisateur Miguel D. Delgado.

On l'a quelquefois comparé, hors du Mexique, à Toto, le Napolitain, ou encore à Charlot dans ses premiers rôles. Comme le premier, il doit son inspiration à ses racines populaires qui lui valent d'être reconnu par les siens : il demeure la personnification du picaro mexicain, du « fauché » urbain et marginal (peladito). Comme Toto encore, il vient du music-hall et du théâtre a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « CANTINFLAS MARIO MORENO dit (1911-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantinflas/